Education nationale : cancre de l’écologie, zéro pointé sur les causes des catastrophes climatiques

Les nouveaux programmes du lycée encore pires que les précédents

par Les Indiens du Futur.
Mis à jour le lundi 2 septembre 2019

Un article de Reporterre nous alerte : Programmes scolaires : l’écologie reste à la marge - Depuis le succès des grèves scolaires pour le climat, le ministère de l’Éducation nationale multiplie les déclarations en faveur de « l’éducation au développement durable ». Mais qu’en est-il dans les nouveaux programmes du lycée, voulus par Jean-Michel Blanquer ? Reporterre a enquêté et interrogé des professeurs pour une explication de texte. Bilan : peut mieux faire.

Le bilan des programmes scolaires de lycée concernant l’écologie, le climat, les causes des catastrophes et les moyens pour limiter la casse est très mauvais.

L’Etat et le ministère continue à prendre les jeunes pour des débiles

L’Etat et le ministère continue à prendre les jeunes pour des débiles, qui doivent attendre la Terminale pour plancher, un peu, sur ces questions de fond.
La propagande pour la Croissance, la salvation par la technologie, la glorification de la mondialisation économique et des transports s’étalent partout, à l’école comme dans les rues.

Les jolis discours des ministres et autres communicants ne peuvent masquer l’indigence, la tromperie et la propagande pro business des programmes officiels.

Comme macron, les programmes et les déclarations ministérielles brassent de l’air et veulent enfumer tout le monde. Pendant ce temps, tout brûle déjà.

La propagande scolaire s’accroit, les éléments sur l’écologie et le climat s’étiolent
déserter les établissements scolaires,

Reste plus qu’à espérer que davantage de profs hackent le programme et proposent des contenus subversifs, des vrais faits, des vrais questionnements..., mais c’est pas gagné..., tant ils sont laminés par le flicage, l’administratif informatisé à outrance, la peur de la mauvaise note et de la carrière ralentie (et donc moins de fric), la privatisation comme partout.

Sinon, on ne peut qu’inviter les élèves qui le peuvent à déserter les établissements scolaires, et à faire leur éducation autrement, pour d’autres buts que la Croissance, la guerre de tous contre tous pour l’emploi, la soumission à l’Etat et au capitalisme meutriers et écocidaires.
Elèves des camps scolaires d’apprentissage de la soumission durable, vous voulez avoir un avenir sur une planète habitable ? Désertez l’école, ou au moins quittez Facebook, Instagram, Snapchat etc. et les jeux vidéos pour aller chercher des infos sur ce qui se passe et ce qui vous attends si vous continuez à rester passifs et consommateurs, ou à juste faire des gentilles marches pour le climat comme vos aînés.


2 Messages

  • Education nationale : cancre de l’écologie, zéro pointé sur les causes des catastrophes climatiques Le 6 septembre à 00:17, par Les Indiens du Futur

    En complément, cet article : Repenser une critique radicale de l’école capitaliste - Les contre-réformes de l’école et de l’université s’inscrivent dans une logique bien précise de la production et reproduction du rapport de classe et sont consubstantielles à l’ordre capitaliste. Ce faisant, les luttes pour une école plus juste sont indivisibles des luttes anticapitalistes.

    L’éducation nationale vise à préparer à l’obéissance, à maintenir l’ordre social injuste, à distiller la propagande de l’Etat et des capitalistes pour qu’il soit très difficile de penser autrement, en dehors.
    L’éducation nationale, malgré parfois la résistance de certains de ses agents, est donc une machine industrielle à formater les jeunes au profit de l’Etat et du Capital.
    Il ne s’y apprend pas l’esprit critique ni une analyse diverse de la réalité, mais on y répète sans fin les mythes de la civilisation industrielle.

    Répondre à ce message

  • Education nationale : cancre de l’écologie, zéro pointé sur les causes des catastrophes climatiques Le 3 septembre à 15:14, par Etienne Maillet

    Il y a deux ans à Crest - Drôme -, je consulte un manuel d’économie à l’intention des terminales ES (sciences économiques et sociales) : rien sur l’écologie, rien sur l’empreinte écologique, rien sur la décroissance, option économique tout aussi légitime que d’autres et qu’il n’est aucune raison d’expurger d’un manuel si l’on doit effectivement présenter une image sincère de la pensée économique contemporaine. Ainsi, du seul point de vue économique abordé dans cette notule, l’enseignement de l’économie n’est pas fondé en rationalité - rien de scientifique - ou en exhaustivité : c’est avant tout une forme de propagande.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft