Désormais la révolte ne doit plus être une option - Résistance anticapitaliste et fraternelle contre le régime et son monde

2020, arrêtons la régression universelle - Nous n’avons plus le choix, se battre ou se laisser crever en silence

lundi 6 janvier 2020, par Camille Pierrette.

Je vous propose 3 textes pertinents, assaisonnés d’une petite note perso.

Il n’y a jamais eu autant de richesses produites et elles n’ont jamais été aussi mal réparties

Post FB : de la part de Robin Funk : L’Australie est en train de brûler à cause du réchauffement climatique et de la sécheresse, conséquences de l’économie de marché, de la destruction environnementale pour la course au profits. Une catastrophe écologique de plus parmi tant d’autres, celles-ci s’étant amplifiées ces dernières années, et ce n’est que le début si ce système économique perdure.

Australie, un kangourou dans la nuit rouge des incendies apocalyptiques nous regarde

Le président américain fasciste et milliardaire Donald Trump court tout droit vers la guerre en Iran, des milliers de civils vont encore mourir sous les missiles.

Ici, des gens finissent en taule pour avoir volé des pâtes dans un supermarché ou pour avoir défendu leurs droits en manifestant, et refusé d’accepter leur pauvreté. A l’opposé, Carlos Goshn le PDG de renault accusé d’abus de biens sociaux pour des hauteurs de plusieurs millions a pu s’évader en jet privé et échapper a la justice japonaise. Et tous ces grands patrons qui fraudent des milliards au fisc ne feront jamais une heure de cellule.

Macron mène sa politique de destruction au bulldozer de nos conquêtes sociales et du service public, appauvrissant un peu plus les pauvres et accordant toujours plus de cadeaux aux ultras riches.
Ce qui perpétue des années de destruction des quelques remparts qui existaient face aux entreprises, tels que le code du travail. C’est donner les pleins pouvoirs aux exploiteurs au dessus des lois et des états.

Il n’y a jamais eu autant de richesses produites et elles n’ont jamais été aussi mal réparties. Bernard Arnault vient de dépasser la barre des 100 milliards. A coté de ça des milliards de personnes dans le monde vivent dans l’extreme misère et privées de leurs besoins élémentaires.
Nous vivons dans ce monde ou 1% de la population détiennent la moitié des richesses, un monde ou l’armement et la publicité sont les plus gros budgets, bien au delà de la santé, de l’éducation..

Le mouvement social que nous construisons aujourd’hui en France et qui fait écho aux soulèvements ayant lieu aux 4 coins du globe contre les inégalités, part d’une réforme des retraites consistant une attaque d’ampleur et un recul dramatique vers une époque ou les capitalistes exploitaient le salarié jusqu’à la mort, ou lorsqu’une personne n’était plus en en état de produire on la laissait crever (ce qui est encore le cas dans de nombreuses parties du monde). Nos ancien.ne.s se sont battu.e.s pour arracher la retraite, l’assurance chômage et la sécurité sociale, et les capitalistes n’ont eu de cesse de vouloir revenir dessus.

Mais au delà de cette réforme, c’est contre la vision du monde défendue par Macron et par les ultras-riches qu’il sert que nous nous battons. Un monde basé sur l’exploitation et la destruction sans limites. Un monde contrôlé par des riches tout puissants, qui pillent, tuent, sèment la misère, s’approprient ce qui est censé être le bien collectif de l’humanité et des autres espèces, la terre, l’eau.

Désormais la révolte ne doit plus être une option. Car le système capitaliste, en plus d’amplifier des inégalités déjà monstrueuses et de tuer tout ce qui est public et solidaire dans les sociétés, est en train d’assassiner la planète, les forêts, les océans, les banquises, la biodiversité, l’air, les sols, et donc l’humanité qui ne survivra pas à ce désastre . Nous n’avons plus le choix, c’est ça ou rien, se battre ou se laisser crever en silence.

Notre pouvoir, à nous qui ne possédons que notre force de travail, c’est la force du nombre, et le fait que c’est nous, qui produisons, qui créons la richesse, qui faisons tourner la société. Avec la grève générale comme arme, nous pouvons reprendre ce qui nous est dû, et construire un monde égalitaire, juste et solidaire, ou les générations futures ne seront pas sacrifiées pour la course au profit.

2020, arrêtons la régression universelle

NOTE perso :
Excellent post, bien résumé
Grève générale, blocages, manifs et actions diverses, jusqu’au bout pour faire chuter leur monde de mort
Rien à négocier avec les éborgneurs et les destructeurs !
Rien à négocier avec leurs oligarchies antidémocratiques et autoritaires !
Rien à négocier avec le capitalisme toujours plus totalitaire !
Rien à négocier avec la civilisation industrielle !
Rien à négocier avec leur système qui détruit le vivant, les bases de la vie, le climat, et donc aussi notre avenir !
Rien à négocier avec un système qui n’a plus ni légitimité, ni autorité, ni moralité, ni crédibilité !
Rien à négocier, si ce n’est les conditions de leur reddition complète et définitive.

Un peu d’ironie :

Merci Macron d’être aussi extrémiste et méprisant, ainsi tu as réussi à accélérer les prises de conscience sur la violence et la nocivité des gouvernements, des flics et du capitalisme.
Surtout ne change rien, ne retire pas ta contre-reforme retraite, continue à favoriser les prises de consciences et actions révolutionnaires communes accélérées.

Grève générale, construisons tou-te-s ensemble le rapport de force. Soyons dans la rue à partir de jeudi pour bloquer l’économie.

Message pour toi qui n’es pas encore dans le mouvement social, il est temps de t’engager pour construire ensemble notre avenir commun.

Pour gagner contre Macron et son monde, ton soutien passif ne suffit pas, rejoins la résistance. Ton propre avenir en dépend.
Tu as peur de t’engager ? Des risques induits ? De cette résistance dont tu ignores tout ?

Ne laisse pas la peur dominer ton existence, ou ta vie ne sera synonyme que d’inaction, de soumission, de frustration... Une vie non vécue d’où seuls des regrets peuvent émaner.
Ose ! La vie impose de prendre des risques, de relever des défis.

L’existence est un combat.
Ce combat présent qui s’impose à nous est social, un conflit déclaré par les politiciens au pouvoir et au service des riches contre notre modèle social solidaire garantissant des protections sociales pour tous.
L’issue de ce conflit décidera de notre avenir, de la société de demain. C’est pour cela que nous devons construire un rapport de force et exiger une meilleure répartition des richesses dans l’intérêt de tous.
Collectivement, nous sommes forts. Cette force a décliné suite à l’avènement d’une société de consommation qui isole, individualise et divise les individus pour mieux les dominer et les soumettre à sa volonté. Chacun est seul avec lui même face à un monde de marchandises dans lequel il doit accepter son exploitation salariale afin d’obtenir un salaire et pouvoir consommer.
Seul, tu es impuissant. Soumis. Tu as peur. Tu ignores les possibilités d’action.

Tu n’es pas seul. Partout, la résistance s’organise pour contrer les attaques antisociales, pour préparer la conquête de nouveaux droits sociaux.
Dans cette résistance anticapitaliste, tu découvriras la fraternité, la solidarité, l’espoir...

Ensemble, tissons les liens sociaux pour sortir de notre isolement, utilisons notre force collective dans l’action, l’échange, la solidarité, construisons nos outils de lutte pour imposer une société juste et solidaire qui profite à tous.

Tu es ce que tu fais. Par ton engagement, tu te construis toi-même, protagoniste de ton existence, tu cesses d’être le valet du système qui te domine, tu prends ta destinée en main. En affirmant le potentiel de ton Être dans l’action collective tu donnes sens à ton existence dans cette maxime :
Je suis donc Nous pouvons !

- Le 9 janvier et après, grève générale, pour la justice sociale.

Des Gilets jaunes soutiennent les grévistes qui bloquent les raffineries

Les cheminots de la SNCF et les agents de la RATP ne sont pas les seuls à protester contre le projet gouvernemental de réforme des retraites. À Grandpuits (Seine-et-Marne), les salariés de la raffinerie sont en grève depuis le 5 décembre. Samedi 4 janvier, les Gilets jaunes de la région sont venus les soutenir. Reportage.
(...)
Même si le projet de réforme des retraites est un sujet sensible qui fait monter les Gilets jaunes au créneau, il n’est finalement qu’un symbole parmi tant d’autres d’un ras-le-bol généralisé, et d’un sentiment de ne même plus pouvoir l’exprimer. « Les gens ont peur d’aller manifester, des violences policières impunies, soupire Virginie, Gilet jaune de Mouy-sur-Seine. Ils ne vont pas aller à Paris pour se faire arracher un œil ou une main ! Moi aussi j’ai peur, je viens plutôt manifester mon soutien ici. On n’a plus de liberté d’expression, ce n’est plus la France. »

- Suite sur Reporterre


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft