Désertifications causées par l’agriculture industrielle et l’urbanisation : plus de 3 milliards d’humains touchés

Incendies en Sibérie, sécheresse en France, températures mortelles en Inde... Faire l’autruche ou rêver à des solutions techno-économiques ne protège en rien

mercredi 11 mai 2022, par Les Indiens du Futur.

La chaleur estivale est là, c’est bien agréable, ...mais n’oublions pas qu’elle pourrait être un des signes du dérèglement climatique global fabriqué par la civilisation industrielle.
- Entre les terrasses de bar, les concerts sympas et les plages ensoleillées : la résistance collective coordonnée ?!

Désertifications causées par l’agriculture industrielle et l’urbanisation : plus de 3 milliards d’humains touchés
Le désert et des ruines inhabitables pour les masses, ou provoquer la ruine du système techno-industriel ?

- Trois milliards d’humains sont affectés par la désertification - À partir du 9 mai et pour deux semaines, des délégations du monde entier se réunissent à Abidjan, en Côte d’Ivoire, pour lutter contre la désertification. Il y a urgence. Jusqu’à 40 % des sols aujourd’hui sont dégradés.
(...)
De l’Afrique Subsaharienne, à l’Asie centrale en passant par le Proche-Orient, des centaines de millions de personnes sont aujourd’hui touchées par la désertification. Selon l’ONU, 3,2 milliards d’êtres humains sont affectés à court terme. « Ce sont les populations les plus pauvres et les plus marginalisées, vivant dans les zones les plus vulnérables », précise l’organisation internationale.
(...)
Dans un rapport publié en avril, l’ONU estime que 70 % des terres émergées ont déjà été transformées par les activités humaines, et jusqu’à 40 % sont dégradées. En cause ? La déforestation, les monocultures intensives, l’exploitation minière et l’urbanisation. « Si les tendances actuelles persistent, le risque de changements environnementaux généralisés, abrupts ou irréversibles augmentera », préviennent les auteurs du rapport. Le 26 avril, on apprenait justement que l’humanité avait dépassé une nouvelle limite planétaire, l’humidité des sols, du fait de leur érosion, de leur artificialisation et de la sécheresse.
(...)
Si nous ne modifions pas nos modes de consommation et de production, il faut s’attendre à ce qu’en 2050 l’équivalent de la surface du continent sud-américain soit dégradé. Avec tout le cercle vicieux que cela peut entraîner : pénurie alimentaire, migration et guerre. Selon une étude du Programme des Nations unies pour l’environnement, 40 % des conflits de ces dernières années sont liés à la dégradation des sols et à la rareté des ressources naturelles.
(...)
La lutte contre la désertification vient aussi frontalement remettre en question le modèle agricole intensif. Certains préfèrent fermer les yeux, mais comme le rappelle le Mauritanien Ibrahim Thiaw, secrétaire exécutif de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification, « jusqu’à 70 % de l’eau utilisée l’est pour les besoins agricoles et 80 % de la déforestation est due à l’agriculture ».

Pour Patrice Burger, les mauvaises pratiques agricoles sont responsables en grande partie de la dégradation des sols, en laissant notamment la terre à nu et en usant de produits chimiques qui tuent le vivant. « Face à la désertification, il n’y a pas mille solutions, plaide-t-il. Il n’y a pas non plus d’illusion technologique à avoir, il faut développer massivement l’agroécologie, au plus près des territoires et en lien avec les populations. »
(...)

Remarques

Températures suffocantes et meurtrières en Asie, incendies en Sibérie, sécheresse en France, désertification, déforestation..., les désastres ne vont pas s’arrêter tant qu’on ne lutte pas de manière significative pour le démantèlement de la civilisation industrielle, et donc pour laisser de la place à des société vivables.

Faire l’autruche ne protège en rien, regarder ailleurs ou compter sur les quelques minorités de militants radicaux pour faire le job est illusoire, et donc suicidaire.
Encore plus suicidaire est de laisser faire les élus, les gouvernements, les Etats, technocrates, capitalistes, experts, financiers...
Compter sur les COP ou les initiatives techno-industrielles de l’économie capitaliste pour arranger les choses c’est comme croire aux martiens, c’est comme croire que des pyromanes sociopathes pourraient devenir de gentils pompiers.
La technologisation accrue ne peut pas sauver de la technologisation. La croissance "verte" ne peut pas arranger les dégât de la croissance. Le productivisme et l’extractivisme reste néfastes même s’ils servent à faire de l’éolien, du solaire, des objets numériques, des produits plus ou moins recyclables. Des machines restent des machines, une société machinique autoritaire une société machinique autoritaire.

Evidemment, les moyens et actions réellement utiles pour changer la donne, le basculement révolutionnaire, la rupture radicale, sont honnis par les puissants. Et les médias de masses relaient et appuient cette option, qui est ensuite reprise par les masses, naïvement ou ravis de trouver une "solution", un "espoir", pour continuer à ne rien faire ou à lutter pour des réformes de surface qui aident au final la civilisation industrielle à se maintenir, pour le plus grand malheur du vivant, et donc pour notre malheur aussi.
Quelques écogestes et business "verts" persos et bien vus pour tenir et se donner bonne conscience, ou la résistance collective acharnée pour saper les structures fondamentales du système ?

Et ailleurs ça "chauffe" aussi :

- La Sibérie à nouveau ravagée par des incendies meurtriers - En Sibérie, treize personnes sont mortes et des centaines de maisons ont été détruites par les flammes. L’état d’urgence a été déclaré par les autorités de la région de Krasnoïarsk, en Sibérie orientale.
(...)
« Beaucoup des polluants émis par les feux de forêt sont des substances cancérogènes pour l’homme », explique Jill Korsiak, doctorante au sein du laboratoire où a été menée cette étude. Ces substances pénètrent également le sol, l’eau et les murs des bâtiments. Certaines, notamment les métaux lourds et les hydrocarbures, peuvent persister longtemps dans l’environnement. « L’exposition à des polluants environnementaux néfastes pourrait se poursuivre après la fin des incendies », avertit l’un des auteurs, le professeur Weichenthal.
(...)

- A l’avant-poste du changement climatique, la Sibérie en proie à des incendies aggravés par des vents violents - Les nombreux incendies en cours dans la région de Krasnoïarsk, en Sibérie orientale, ont fait une dizaine de morts. Ces feux, sources d’une importante pollution, ravagent cette région depuis plusieurs années.
(...)
Des incendies sans précédent ravagent depuis plusieurs années la Sibérie. Alors que l’Arctique se réchauffe à un rythme plus de deux fois supérieur au reste du monde, la hausse des températures pourrait entraîner une augmentation des feux hivernaux à l’avenir.
Ce phénomène est d’autant plus inquiétant que les régions arctiques renferment beaucoup de carbone, dans les forêts, dans les sols et dans le pergélisol, ces sols gelés en permanence. En 2021, des feux, notamment dans l’est de la Sibérie, ont relâché 16 millions de tonnes de carbone (quatrième volume le plus élevé depuis le début des mesures en 2003), selon le rapport annuel sur le climat européen. En 2020, les incendies dans l’ensemble du cercle arctique ont émis 244 millions de tonnes d’équivalent CO2, soit l’équivalent des émissions annuelles de l’Espagne.
(...)

  • L’inde subit une vague de chaleur extrême, le Chili n’a plus d’eau, les forêts du Liban sont brûlées pour se chauffer... - Le système techno-indutriel, partout plébiscité et amplifié, continue partout ses ravages
  • Il y a 50 % de risque que la planète se réchauffe de 1,5 °C d’ici 2026
  • Climat : il y a une chance sur deux pour que le seuil de + 1,5 °C soit dépassé dans les cinq années à venir, annonce l’ONU - D’après un nouveau bulletin sur le climat, la probabilité d’un dépassement temporaire du seuil de 1,5 °C n’a cessé d’augmenter depuis 2015, année où ce risque était proche de zéro. (...) « Cette étude montre, avec une grande fiabilité scientifique, que nous nous rapprochons sensiblement du moment où nous atteindrons temporairement la limite inférieure de l’accord de Paris. Le chiffre de 1,5 °C n’est pas une statistique choisie au hasard. Il indique le point à partir duquel les effets du climat seront de plus en plus néfastes pour les populations et pour la planète entière. »
    « Tant que nous continuerons à émettre des gaz à effet de serre, les températures continueront à augmenter. Parallèlement, nos océans continueront à se réchauffer et à s’acidifier, la glace de mer et les glaciers continueront à fondre, le niveau de la mer continuera à s’élever et les conditions météorologiques extrêmes continueront à s’intensifier », a-t-il averti. Il a souligné que le réchauffement de l’Arctique est « particulièrement marqué », alors même que les conditions qui prévalent dans cette région ont des répercussions sur la planète entière. (...) Il y a également 93 % de probabilité que la moyenne de la température pour la période 2022-2026 soit supérieure à celle des cinq dernières années (2017-2021). (...)
  • Climat : la France touchée par des chaleurs précoces et un déficit en eau - Alors que des températures jusqu’à 9 °C supérieures aux normales de saison sont attendues cette semaine du côté de Clermont-Ferrand, Bordeaux, Toulouse ou Lyon, le risque de sécheresse est élevé en raison du faible niveau des précipitations. (...) Une chose semble sûre en revanche, malgré quelques orages épars attendus, la sécheresse a l’air de s’annoncer cette année encore. A la date du 1er avril déjà, le Bureau de recherches géologiques et minières dessinait une carte de mauvais augure, recensant une majorité de nappes souterraines modérément ou fortement basses, à la veille de leur phase de vidange du printemps. La situation est d’autant plus inquiétante pour celles qui ont déjà régressé en 2020, en Provence, en Côte d’Azur et en Corse, notamment.
  • Stocamine : le confinement de 42 000 tonnes de déchets toxiques a commencé Les travaux d’enfouissement de 42 000 tonnes de déchets industriels à 550 mètres de profondeur sur le site de Stocamine, en Alsace, ont commencé mardi 10 mai. Un premier barrage en béton est en train d’être construit. Ils ne vont pas « compromettre la réversibilité potentielle du stockage des déchets » assure la MDPA (Mines de potasse d’Alsace), l’exploitant du centre de stockage, dans un communiqué.
    Le début des travaux ne signe en effet pas la fin de la lutte contre Stocamine : son sort n’est toujours pas tranché grâce à d’intenses bagarres juridiques menées par les écologistes. Si l’État souhaite un stockage définitif et irréversible des déchets, via l’installation de « barrières de confinement » imperméables au fond du site, collectivités locales et associations de protection de l’environnement réclament le déstockage des colis dangereux. (...)
  • En Irak, la désertification provoque des tempêtes de sable à répétition - Classé parmi les cinq pays au monde les plus vulnérables au changement climatique, l’Irak n’est pas préparé pour y faire face, avec des conséquences sociales et économiques potentiellement désastreuses.
  • Famines, migrations, morts... Les sécheresses s’aggravent, alerte l’ONU - 2,3 milliards de personnes sont touchées par la sécheresse selon un rapport de l’ONU. Solutions ? Des pratiques agricoles économes en eau et plus de végétarisme.

2 Messages

  • Désertifications causées par l’agriculture industrielle et l’urbanisation : plus de 3 milliards d’humains touchés Le 13 mai à 23:51, par Indiens du futur

    ⛳ SÉCHERESSE : UN PRÉFET INTERDIT L’ARROSAGE DES POTAGERS, MAIS AUTORISE CELUI DES TERRAINS DE GOLF

    Chronique de la violence des riches

    Nous sommes en 2022 et en France les épisodes de sécheresse apparaissent de plus en plus tôt. Dès ce mois de mai, plusieurs départements sont déjà en alerte sécheresse. Et la situation ne va pas s’améliorer : le dérèglement climatique provoque des pluies diluviennes dans certaines régions du monde et un assèchement ailleurs. L’eau est un enjeu majeur des prochaines années, une part croissante de la population mondiale est confrontée à la soif. On estime que d’ici 2030, 700 millions de personnes pourraient être déplacées du fait d’une pénurie d’eau.
    Nous n’en sommes pas là en France, mais des limitations de la consommation d’eau sont régulièrement décidées par les pouvoirs publics, pour éviter d’assécher nos nappes phréatiques. Dans ce contexte, le préfet de Savoie a pris un arrêté pour faire face à la sécheresse, qui couvrait du 15 avril au 6 mai 2022. Dans cet arrêté, le préfet prévoyait qu’en cas « d’alerte renforcée » il était autorisé d’arroser les golfs, en diminuant la consommation, alors que l’interdiction est totale pour les jardins potagers. Cette décision est le symbole de la toute puissance des riches, qui ne comptent pas modifier leurs habitudes ni toucher à leurs privilèges, même face au désastre climatique. Avec l’assentiment des autorités.
    ➡️ Le golf, loisir onéreux, pratiqué par les élites, est l’un des sports les plus polluants au monde. Et probablement le plus consommateur en eau. Un golf haut de gamme de 18 trous peut avoir une consommation moyenne de 5000 mètres cube d’eau par jour, ce qui correspond à la production nécessaire aux besoins d’une collectivité de 12000 habitants. Au niveau mondial on estime que 9,5 milliards de litre d’eau sont utilisés chaque jour pour arroser les pelouses des golfs : presque autant que ce que boit l’ensemble de l’humanité ! Pour qu’une poignée de bourgeois mettent leurs petites balles dans des trous.
    ➡️ Le golf est aussi destructeur des sols. Les parcours doivent présenter un gazon impeccable, sans aspérité, sans vie : les mauvaises herbes, les fleurs, petites bêtes et mottes doivent disparaître. Une étude estime que 18 kilos de pesticides sont utilisés par hectare et par an pour le golf. L’agriculture productiviste en utilise en moyenne 2,5 kg par hectare et par an. Et c’est déjà trop.
    ➡️ Polluant, ultra-gourmand en eau et réservé aux nantis, le golf est pourtant privilégié par un préfet par rapport aux jardins potagers, qui produisent des fruits et légumes pour les particuliers. Derrière cet arrêté c’est une vision du monde : les riches ne reculeront devant rien pour préserver leurs privilèges et leur petit plaisir, même en cas de fin du monde. Après eux, le déluge.
    — -
    Source, voir l’Annexe de cet arrêté préfectoral : https://www.savoie.gouv.fr

    (Post Nantes révoltée)

    Répondre à ce message

  • Désertifications causées par l’agriculture industrielle et l’urbanisation : plus de 3 milliards d’humains touchés Le 13 mai à 23:43, par Indiens du futur

    - Les sécheresses se propagent avec le vent - Des chercheurs ont montré que la sécheresse se propageait avec le vent. Un sol sec produit un air sec qui va, en voyageant, assécher à son tour le sol, etc.
    (...)
    « Avec le changement climatique et la baisse de l’humidité des sols, ce phénomène pourrait s’accentuer aussi en Europe », pointe Diego Miralles. « À la lumière des réductions généralisées prévues de la disponibilité en eau, cette rétroaction pourrait encore exacerber les futures sécheresses », s’inquiètent plus largement les auteurs.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir à but non-lucratif, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft