Électrochoc

mercredi 25 novembre 2020, par Irene.

Qu’est-ce que cette crise sanitaire nous donne à voir ? Avons-nous maintenant assez de recul pour donner sens à ce qui vient de nous arriver depuis le début de cette année 2020 ?

D’abord nous y retrouver dans les chiffres ; ceux-ci sont souvent contradictoires. Il semble toutefois que la mortalité soit inférieure à 0,3 %, qu’elle touche surtout les plus de 80 ans et qui de plus présente une cormorbidité liée à un excès de poids, à du diabète ou à une fragilité particulière. À ce titre, on a stérilisé toute vie, tout ce qui fait le sel de la vie, et en a laissé mourir seul les personnes âgées dans les EHPAD… on a mis en l’air une grande partie de l’activité économique, avec le risque de chômage accru que cela représente.

On a figé toute vie culturelle, laissant entendre que la culture n’est pas un besoin vital.

On a empêché les gens de se rassembler, d’assister aux enterrements, aux mariages, enfin tous les regroupements festifs ou non.
On a contrôlé et souvent empêché toute manifestation.
On a voulu bâillonner les gens sous prétexte de les protéger.
On a culpabilisé ceux qui refusaient de rentrer dans le système en les traitant d’irresponsables…

toutes ces interdictions, tous ces tue la vie sont le faîte d’une société hyper matérialiste, ou la dimension spirituelle est traitée comme élément inexistant ou secondaire.

Dans cette société, le grand tabou reste celui de la mort. Un philosophe Comte Sponville a bien essayé de tirer la sonnette d’alarme, mais avec peu de succès. On préfère sacrifier la petite enfance, l’enfance en leur imposant des conditions de vie inacceptables.

Qu’auriez-vous dit si on vous avait imposé un masque à partir de six ans ? Cela ne vous apparaît-il pas comme une aberration ? Déjà tout petits, un climat anxiogène qui prive l’enfance de sa joie de vivre ; des policiers devant les écoles pour vérifier que les enfants portent des masques ; cela pose question.

N’y avait-il pas une autre voie ? Et puis -il si aberrant de mourir quand on a dépassé 80 ans ?

Maintenant, passons à l’interprétation…

Il m’apparaît très nettement que la covid a été instrumentalisée par le jeu d’un opportunisme politique qui utilise la pandémie pour appliquer un gouvernement d’exception, pour sortir d’une impasse, pour que ceux qui gouvernent puissent continuer de gouverner…

La covid a envahi tout l’espace ; on entend plus parler que de ça.
Cela aurait pu provoquer un électrochoc qui aurait pu réveiller la population anesthésiée ; fort heureusement, on a augmenté la dose de soporifique en lui donnant la forme d’un petit pactole de 700 milliards trouvés au niveau européen pour rassurer et endiguer le désastre économique… jusqu’à quand ? Quand on présentera la note à la France et qu’elle ne pourra plus payer, le risque n’est-il pas grand de terminer comme la Grèce ? D’être obligé de vendre les bijoux de famille ?
On ne peut plus se déplacer sans être sous le contrôle de policiers ;
moi ça ne me rassure pas du tout et je fais des cauchemars en repensant au roman de Orwell avec des appartements truffés de caméras qui rentrent dans votre intimité. Déjà le linky emprunte ce chemin…

Comment peut-on accepter ce contrôle sur nos vies ? C’est toujours le binôme perdant sécurité et liberté qui est à l’œuvre. Perdre sa liberté au nom de la sécurité ; mais comment peut-on se laisser prendre au piège ?

Il est clair que le premier objectif du gouvernement n’est pas de l’ordre du sanitaire, mais du politique, avec un contrôle social des personnes qu’on ne peut plus appeler citoyennes.

J’appelle à une prise de conscience de ce qui se trame derrière ce souci annoncé par nos gouvernements de protéger la population…


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft