Coronavirus : le coupable c’est la société industrielle capitaliste, pas les chauves-souris

Premier signe clair et incon­tes­table du fait que les dommages envi­ron­ne­men­taux pour­raient éradiquer les humains

mercredi 25 mars 2020, par Les Indiens du Futur.

- Cessons de blâmer les chauves-souris pour le coro­na­vi­rus, le coupable, c’est la société indus­trielle (Nick Paton Walsh et Vasco Coto­vio)

« Nous déve­lop­pons le trans­port d’ani­maux — pour la méde­cine, les animaux de compa­gnie, la nour­ri­ture — à une échelle jamais atteinte aupa­ra­vant », explique Kate Jones, titu­laire de la chaire d’éco­lo­gie et de biodi­ver­sité à l’Uni­ver­sity College de Londres.

« Nous détrui­sons leurs habi­tats pour en faire des paysages anthro­pi­sés. Les animaux se mélangent de façon étrange, comme jamais aupa­ra­vant. Sur un ‘mar­ché humi­de’, on trouve des tas d’ani­maux dans des cages, les uns sur les autres. »

Cunnin­gham et Jones soulignent tous deux un facteur permet­tant à de rares cas de trans­ferts zoono­tiques de se trans­for­mer en problèmes mondiaux en quelques semaines. « Histo­rique­ment, de nombreuses conta­gions entre animaux sauvages et humains se sont produites, mais la personne infec­tée mourait ou guéris­sait avant d’en­trer en contact avec un grand nombre d’autres personnes dans une ville ou un village », explique Cunnin­gham.

« De nos jours, avec les trans­ports moto­ri­sés et les avions, on peut se retrou­ver dans une forêt d’Afrique centrale un jour, et au centre de Londres le lende­main. »

Coronavirus : le coupable c’est la société industrielle capitaliste, pas les chauves-souris

Le coro­na­vi­rus est peut-être le premier signe clair et incon­tes­table du fait que les dommages envi­ron­ne­men­taux que cause la société indus­trielle pour­raient très rapi­de­ment éradiquer les humains.

Selon Jones, les virus « sont de plus en plus nombreux parce que nous sommes trop nombreux et trop connec­tés. Les risques de propa­ga­tion à l’homme sont plus élevés parce que nous dégra­dons les paysages. La destruc­tion des habi­tats est la cause, la restau­ra­tion des habi­tats est donc une solu­tion. »

La leçon ultime que tout cela nous enseigne, c’est que les dommages causés à la planète peuvent égale­ment nuire aux humains plus rapi­de­ment et plus grave­ment que les chan­ge­ments progres­sifs et géné­ra­tion­nels induits par le chan­ge­ment clima­tique.

Cet article est à rapprocher des articles importants et éclairants indiqués sur :
- Pour empêcher de telles épidémies, le complexe agro-industriel doit une fois pour toute être aboli - Au lieu de lutter contre les causes structurelles de telles pandémies, les gouvernement ne font que des mesures d’urgence


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft