Confinements et couvre-feux : Appel à la désobéissance responsable

En finir avec la paralysie, la peur, la sidération, la culpabilisation et l’injonction à obéir à tout et n’importe quoi

mardi 26 janvier 2021, par Auteurs divers.

Distançons-nous d’1 maître !

— Développons les gestes barrières contre le capital destructeur des milieux naturels et sociaux

— Vaccinons-nous contre les violences d’Etat

— Gelons les interdictions de se rassembler , discuter , débattre en public

— Confinons les lois liberticides

— Déconfinons l’entraide et la solidarité

(reçu par email)

Confinements et couvre-feux : Appel à la désobéissance responsable
D’autres épidémies contagieuses sont possibles : de rage, de révolte, de solidarité, de rupture radicale...

D’autres épidémies sont possibles

Les bien pensants et les macronistes disent qu’il ne faudrait pas ajouter des grèves et des contestations aux problèmes sanitaires et aux difficultés de l’économie de marché.
Au contraire, c’est justement en temps de crise, quand l’Etat et l’économie sont un peu plus chaotiques qu’à l’ordinaire voire un peu affaiblis et décriés, qu’il faut appuyer là où ça fait mal, enfoncer le clou, accentuer les pressions, percer des brèches...
Le système en place mène une guerre permanente sans merci au vivant et aux contestations, alors soyons sans pitié, réfléchis et stratèges mais sans pitié.

  • Cultivons les germes de la révolte
  • Développons des anticorps résistants contre les propagandes étatistes, merdiatiques et capitalistes
  • L’autonomie et la résistance peuvent devenir contagieux
  • L’épidémie d’action directe, de grèves massives longues et de manifestations spontanée va-t-elle gagner le monde entier ?
  • Le virus de la rage devrait se multiplier ?
  • La viralité de la contestation va-t-elle muter continuellement ?
  • La virulence des révoltes va-t-elle augmenter en vagues successives, où le plateau atteint ne redescend jamais ?

Le gouvernement français compte sur notre soumission, sur « l’acceptabilité sociale », pour continuer les lois et mesures autoritaires/sécuritaires, pour continuer son régime anti-démocratique et centralisé, pour continuer à favoriser l’économie capitaliste et les riches, pour continuer à imposer des mesures anti-sociales, sécuritaires et anti-écologiques.

Alors montrons au contraire partout de la désobéissance, de l’insubordination, soyons ingouvernable.
Résistons à l’injonction de rester sages, à la culpabilisation permanente, à l’utilisation manipulatrice du respect des vieux-vieilles, des personnes aux santés fragiles, des soignant.e.s.
Soyons responsables et jusqu’au boutistes dans la contestation pour lutter contre l’irresponsabilité du système extrémiste en place, contre la folie destructrice de la civilisation industrielle créatrice de pandémies mondiales, de désastres écologiques, et de précarités.

- Même dans le Monde il émerge quelques critiques : Face à la pandémie de Covid-19, « sommes-nous prêts, encore, à consentir ? »

Se dispenser du dialogue avec la société civile est un appauvrissement qui délégitime l’action publique, contestée dans la pertinence de ses arbitrages, et affaiblit la cohésion nationale au moment où elle est essentielle. Consentir, c’est être partenaire d’une décision dont on partage la responsabilité. Il n’est plus concevable de recourir au seul principe du consentement présumé pour imposer à la société des mesures qui pourraient s’avérer encore plus difficiles à admettre demain.

Confinements et couvre-feux : Appel à la désobéissance responsable
Des moustiques insistants peuvent terrasser des éléphants

Dans le système antidémocratique en vigueur, dans la jungle capitaliste et le terrorisme d’Etat, comment peut-on consentir sereinement, avoir confiance dans la moindre des décisions gouvernementales ??!
Quand on subit une telle tyrannie, on se soumet en partie sous le coup de la force, des menaces de répression, et on suit en parallèle des lignes de conduites morales guidées par les informations disponibles, mais la défiance envers le régime est totale, définitive, et il est hors de question de lui obéir aveuglément.

Individuellement, on peut résister, aller se promener la nuit sous la lune, quitter son masque en extérieur, magouiller les papelards d’attestation de sorties dérogatoires, diffuser des idées subversives, disséminer des grains de sable dans les rouages...
Mais bien sûr, c’est surtout collectivement, en petits ou grands groupes qu’il nous faudra résister et agir, détruire et construire, avec stratégie, méthode, folie, planification, surprise, solidarité...

P.-S.

Il faut vivre avec le virus...
#JeNeMeConfineraiPas


5 Messages

  • Confinements et couvre-feux : Appel à la désobéissance responsable Le 31 janvier à 10:31, par KEG

    31/01/2021 - https://wp.me/p4Im0Q-4w0
    -  Demain 01/02/2021 doit être » jour I de la liberté retrouvée » (liberté gustative). En serez-vous ? Vous avez le droit de ne pas être solidaire et préférer un rôle de Kapo du pouvoir (dans ce cas que léguerez vous à vos enfants si ce n’est que votre condition d’esclave. Peut-être préféreraient-ils une condition sine qua none de liberté. Leur avez-vous demandé leur avis ?), cela ne vous évitera pas les chaînes ! Pour une fois on va inverser le cours des choses d’Obélix, on gastronome avant le combat !
    Suggérez aux "resto de la liberté" un menu unique à 5€ partout identique en France. Ils n’ouvrent pas pour faire du chiffre d’affaire, mais pour faire de la liberté


    Répondre à ce message

  • Confinements et couvre-feux : Appel à la désobéissance responsable Le 27 janvier à 20:00, par Auteur Divers

    - Covid-19 : couvre-feu, confinement… ces Français qui contournent les restrictions -
    Onze mois après le début de la pandémie, certains ont décidé de s’affranchir peu à peu de certaines consignes sanitaires en vigueur et de renouer avec une vie sociale. Témoignages.

    Christian, 43 ans, cadre, fait un constat similaire et explique le glissement progressif vers plus de contacts sociaux : « Nous avons été irréprochables lors du premier confinement, (…) le temps passe, le fatalisme gagne, on fait tout bien, on porte nos masques tout le temps, on ne voyage plus, on évite les magasins et parcs bondés, on tient les gens – famille, amis, collègues – à distance. (…) Mais rien n’y fait, le virus gagne du terrain, ma femme perd son emploi, (…) on a moins peur du virus. J’en ai assez de devoir renier mes libertés individuelles – me déplacer, faire du sport, me cultiver, me divertir, prier… – et j’estime être assez mature pour me protéger et protéger les autres. » Pour ce père de deux jeunes enfants, « il faut permettre aux gens de continuer à vivre. (…) Nous savons tous que le “monde d’avant” n’est plus. (…) J’ai choisi dorénavant de régler moi-même le curseur bénéfices-risques », conclut-il.

    La durée des restrictions sanitaires est l’une des raisons invoquées par ceux qui les observent moins strictement. Pour Alice, « transgresser les règles » est aujourd’hui « le moyen de survivre psychologiquement à cette période qui devient beaucoup trop longue ». Cette directrice d’Ehpad s’explique : « Cela fait maintenant presque un an que nous coupons les résidents d’une vie normale, que le personnel est mobilisé chaque jour deux fois plus, avec les consignes de sécurité. En tant que professionnel de la santé, nous nous sentons coupables dès que nous ne respectons pas les règles. (…) Cependant je ne les respecte plus à la lettre. Je vois des amis proches – en petit nombre – et ma famille. »
    (...)
    « Je reste très prudente, mais moralement je ne tiens plus. Je suis photographe indépendante, et ma vie professionnelle est en stand-by depuis presque un an. Mon compagnon, en reconversion depuis deux ans, est au point mort aussi, et pour ne pas devenir fous nous sortons voir des amis, nous avons plusieurs fois enfreint le couvre-feu. Nous ne faisons pas n’importe quoi, mais il est primordial pour nous de se sauver mentalement. Si un troisième confinement est prononcé, je sais que nous ne pourrons pas le respecter à la lettre », écrit encore Juliette.
    (...)
    Alors que ses journées « se résumaient à rester devant son ordinateur depuis près d’un an », Jeannette se « permet aujourd’hui de faire des entraves au couvre-feu, pour ne pas devenir folle. (…) Je vais voir des amis, parfois le soir, et j’arrive à oublier ma solitude et l’angoisse qui me pèse, le temps de quelques heures. La majorité des jeunes que je connais est dans la même situation que moi : s’affranchir des règles pour avoir un minimum de contacts sociaux est devenu un besoin vital ».

    Répondre à ce message

  • Confinements et couvre-feux : Appel à la désobéissance responsable Le 27 janvier à 19:41, par A bas le régime et le capitalisme

    La désobéissance civile inquiète la macronie : « on sera désarmé »
    #Reconfinement - #JeNeMeConfineraiPas

    Oui c’est le moment d’enfoncer le clou, de désobéir aux mesures tyranniques, à l’ambiance sécuritaire qui tente en vain de compenser le manque de moyens aux soignants et l’absence de démocratie en france !

    Répondre à ce message

  • Confinements et couvre-feux : Appel à la désobéissance responsable Le 26 janvier à 15:33, par Serendip bis

    Et qui nous protégera contre la violence contagionniste des libertariens qui confondent arnarchisme avec narcissisme et montrent leur vrai visage, celui les libertariens de Trump, celui de l’égoïsme roi ? Ils geignent mais sont incapables de proposer de nouvelles formes, praticables et vivables dès maintenant. Leur seul credo. ON ne NOUS protège pas ! Ceux-là n’ont rien compris à l’anarchie, pas plus que le PC n’a compris l’idée communiste. Ils sont au mieux les enfants gâtés du libéralisme de la pléthore, habitués que l’Etat comble tous leurs désirs. Ils sont les nouveaux prométhées qui disent, comme tous les scientistes et transhumanistes : l’homme est au dessus de la contingence, l’égal de Dieu. La maladie devrait être hors la loi. Que fait le Père ? Il devrait contraindre les virus a déclarer leur plan d’attaque, à préciser quand ils muteront.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft