C’est dur d’avoir 98 ans en 2020 !

Covid1984, statistiques ignorées et analyse à contre-pied

vendredi 23 octobre 2020, par Heska.

Le mercredi 14 octobre, Macron déclare que « c’est dur d’avoir 20 ans en 2020 », montrant ainsi qu’il comprend que l’état d’urgence sanitaire prive la jeunesse de notre pays des plaisirs qui sont les siens, qu’il est plein d’empathie et de compassion pour ces citoyens contraints de sous-vivre.

Samedi 26 octobre à 0h00, le couvre-feu sera étendu à 38 départements supplémentaires et ce seront donc 46 millions de personnes qui ne pourront plus se déplacer entre 21h et 06h00, sauf pour raison de première nécessité et pour le travail.
La mesure devrait courir pendant 6 semaines et pourra être encore renforcée par les autorités. C’est pour le moment moins sévère que le confinement de mars à mai, mais c’est pas jouasse.

Alerte maximale et bruits de sirènes dans une rue vide
En vertu d’une décision bureaucratique, la zone d’alerte maximale d’une ville ou d’un département ou du pays est atteinte quand on dépasse 250 nouveaux cas pour 100.000 habitants. Voilà le genre de chiffres qu’il est difficile d’appréhender. Pour le visualiser et le comprendre, faites l’expérience suivante : imaginez les Champs-Elysées depuis la Place de la Concorde jusqu’à l’Arc de Triomphe, videz-les mentalement de tout véhicule, de tout piéton, de tout Gilet Jaune (bon, ça en fait, c’est le cas depuis un moment !). Vous voyez ces 2.7km de bitume désert qui s’étendent sans fin, avec l’Arc de Triomphe tout au bout ? Bien maintenant déposez sur l’avenue deux Twingo de la couleur de votre choix. Elles en ont de la place pour rouler, non ? Et bien, ça y est ! Vous avez atteint la cote d’alerte maximale ! En effet, la longueur de deux Twingo est à cette portion des Champs-Elysées ce que 250 est à 100.000. C’est le même rapport, la même proportion. Vous ne trouvez pas que c’est moins terrible quand on visualise le chiffre ?

Bouh ! T’as eu peur !
En même temps qu’il bouclait 38 départements supplémentaires, Jean Castex annonçait gravement que « chaque jour le nombre de morts augmente » ! Voilà encore une annonce effrayante. On a vraiment l’impression d’être pris à la gorge. En fait, si la Covid-19 tuait UNE personne par jour, on pourrait dire aussi que « chaque jour le nombre de morts augmente ». Donc là, Castex ne nous dit rien, ne nous apprend rien mais cherche à nous effrayer.

Le Mystère des Insaisissables Grands Nombres
Mais justement qu’en est-il des décès en France ? Nous en sommes aujourd’hui à environ 33.000 morts. C’est beaucoup et je n’aimerais pas que moi ou mes proches fassions partie de ces victimes de la maladie.
Vous avez tous lu ou entendu que l’on ne comprenait rien aux exponentielles. C’est vrai et je n’en dirai rien car il existe sur Internet une grande quantité d’articles à ce sujet. Mais je vais aller plus loin : en fait notre cerveau est seulement capable de comprendre, d’un point de vue pratique, des chiffres beaucoup plus petits, ceux que nous gérons au quotidien depuis des centaines de milliers d’années : le nombre de frères et soeurs que l’on a, le nombre d’amis, le nombre de chèvres ou de moutons que possède la famille, le nombre de jours que l’on tient avec un cuissot de mammouth... Au-delà de quelques dizaines commencent le territoire des abstractions. Il faut une aptitude particulière, ou avoir fait des études poussées, pour véritablement comprendre ce que sont des chiffres plus importants. Vous l’aviez vu que 250/100.000, c’est deux Twingo sur les Champs Elysées ? Non ? C’est normal, rassure-vous. Ce sont ceux qui le voient tout de suite qui ne sont pas tout à fait normaux.

Tous concernés ? Oui, mais quand et à quel point ?
Revenons aux 33.000 morts. L’épidémie a commencé à se propager en France il y a environ 8 mois, soit, pour simplifier, 250 jours. Ca aussi ça commence à être long. Bon, calculons un peu. 33.000:250, ça fait 132. Chaque jour, en moyenne, l’épidémie a tué 132 personnes. Ca aussi ça nous semble énorme. Si nous perdions du jour au lendemain 132 amis et membres de la famille, on se sentirait sûrement très seul, et on le serait sûrement. Il est rare que l’on fréquente plus de 200 personnes différentes au point de tisser des liens de proximité avec elles. Heureusement, nous sommes 67 millions à supporter cette charge mortelle. 132:67.000.000, ça fait 0.000002. Je vous passe le calcul mais c’est un peu comme si chacun de nous enterrait un proche tous les 500.000 jours, soit tous les mille cinq cents ans. Ou, de manière moins tirée par les cheveux, sachant que cet évènement de 0.000002 décès/citoyen se produit tous les jours et qu’on a chacun deux cents proches (en tous cas ceux qui ont de la chance et une vie sociale bien remplie), que dans 3 ans, à ce rythme-là, on aura une « bonne chance » (supérieure à 1/2) d’avoir tous perdu au moins un proche. Comparez cela au nombre de fois que dans une année vous apprenez le décès de quelqu’un que vous connaissiez : cela arrive sûrement deux ou trois fois par an si vous êtes un adulte.

Que de morts, que de morts...
En France, chaque jour de chaque année, environ 1750 personnes décèdent. De cancers, de maladies cardio-vasculaires, de la grippe, d’accidents de la route, d’accidents domestiques, d’accidents de chasse, d’accidents du travail, tranquillement dans leur lit à 98 ans, de chutes en montagnes, d’homicides, de suicides... Il y a beaucoup de manières de mourir. Imaginons que la Covid-19 viennent simplement s’additionner à ce chiffre de 1750 pour le porter à 1882 (1750+132). Ignorons le fait que le confinement a peut-être épargné des vies en diminuant le nombre d’accidents de la route ou qu’il a conduit des gens à mourir plus vite faute de soins puisque les hôpitaux ne recevaient pratiquement plus de malades autres que Covid. Ce bilan exact on le connaitra que quand les statisticiens de l’INSEE nous fourniront les chiffres de la mortalité pour l’année 2020 entière. Donc, attendons et faisons comme si les deux chiffres s’additionnaient simplement. Dans ce cas, la Covid ne représente que 7,5% des décès journaliers. Tout ça pour ça ? C’est pour cela que l’on écrase les libertés publiques, que l’on pulvérise la culture et les loisirs, que l’on nous contrôle, que l’on nous infantilise et nous brime et que l’on nous prune à hauteur de 135€ ? Pour 107 morts à la place de 100 ? 15.000 personnes meurent chaque année de la grippe, 20.000 dans des accidents domestiques (première cause de mortalité des enfants), 30.000 de la pollution, 150.000 du cancer etc

Propaganda ?
Et pour ne pas parler uniquement de décès, il y a chaque année entre 100.000 et 200.000 viols ! Entre 300 et 700 par jour ! Pourquoi le journal de BFM ne s’ouvre-t-il pas tous les jours comme ceci : « Mesdames et Messieurs, bonjour ! Hier, ce sont 584 femmes qui ont été violées, soit 35 de plus qu’avant-hier. Rien ne semble pouvoir arrêter ce fléau ! Nous allons bien sûr, comme tous les jours, entendre nos experts présents sur le plateau, mais d’abord rejoingnons notre envoyée spéciale au Ministère de l’Intérieur ! » Vous trouvez ça absurde ? Une grande partie de ce que nous ressentons face à l’épidémie et le fruit du matraquage médiatique.

Mais, au fait, qui meure ?
J’ai gardé le meilleur pour la fin... C’est ce dernier chiffre, que j’ai découvert récemment, qui m’a poussé à écrire cet article. C’est lui qui m’a inspiré le titre « C’est dur d’avoir 98 ans en 2020 ». Je l’ai trouvé cette page : https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2622115-victimes-covid-19-coronavirus-france-moyenne-age-deces-profil-jeune-femme-homme-qui-meurt-chiffres/
Vous pouvez y voir que pour les 33.000 victimes l’âge médian est de 84 ans !!! La médiane est la valeur qui partage une série statistique en deux parties égales. Il y a donc 16500 morts de moins de 84 ans et 16500 morts de plus de 84 ans. On y voit aussi que 92% des personnes décédées ont plus de 65 ans et que 55% des victimes sont des hommes. L’espérance de vie à la naissance d’un homme né en France est de 79 ans et celle d’une femme de 85 ans (j’arrondis un peu). De cela on peut dire que plus de la moitié des personnes décédées de la Covid-19 sont des gens qui avaient dépassé, et parfois de beaucoup, l’espérance de vie. Ce sont des gens dont le décès a été un peu accéléré (quelques mois ou l’une ou l’autre année). C’est pour cela que nous avons besoin des statistiques de mortalité pour l’année 2020. Cela lissera les effets et nous pourrons mesurer les véritables conséquences de la maladie sur le nombre de décès. Quant aux autres, ils étaient déjà âgés ou très âgés. Bien sûr quelques enfants, adolescents et jeunes adultes sont morts. Mais devons-nous endurer confinement et couvre-feu, détruire la petite économie locale, pulvériser la culture pour cela ? Faut-il interdire aux gens de vivre chez eux ou faut-il les y faire surveiller par des drones ou des flics parce que 20.000 personnes décèdent chaque année d’un accident domestique, y compris de très nombreux enfants ?

Que se passe-t-il dans notre pays et chez nos voisins qui connaissent eux aussi un durcissement des conditions de vie et une restrictions des libertés ? Je ne dis pas qu’il ne se passe rien, je ne dis pas que la Covid est inoffensive. je dis qu’elle est un peu plus dangereuse qu’une grippe et que la réaction des autorités masque le fait que l’hôpital, démoli par des dizaines de milliers de suppression de lits, ne peut plus encaisser la moindre fluctuation des admissions. Je dis que la restriction de nos libertés est une grande répétition de ce qui nous attend dans les prochaines années, je pense que c’est la stratégie du choc qui est à l’oeuvre (on peut relire Naomi Klein), et je pense que quand on va devoir payer la note des dépenses engendrées par le confinement, nos services publics vont encore prendre un sacré coup sur la figure. Sauf les forces de l’ordre bien sûr, dont les autorités ont et auront tant besoin pour contenir notre colère et pour étouffer nos cris de désespoir.

Portfolio

C'est dur d'avoir 98 ans en 2020 !

4 Messages

  • C’est dur d’avoir 98 ans en 2020 ! Le 25 octobre à 10:48, par Yvonne

    Une présentation fautive, en espérant qu’elle ne soit pas mensongère. Dans l’article cité on lit « Les adultes de 15 à 44 ans restent les plus touchés par le SARS-CoV-2 ». On lit aussi que parmi les patients hospitalisés « l’âge médian est de 71 ans ». 84 ans, chiffre mentionné ici, est l’âge médian des personnes décédées en Ehpad, où, il faut le reconnaître, les enfants sont en général rares. L’article évoque plusieurs cas d’enfants décédés du Covid. Poulet n’a plus qu’à aller se faire cuire un oeuf.

    Répondre à ce message

    • C’est dur d’avoir 98 ans en 2020 ! Le 25 octobre à 16:39, par Heska

      Et bien après m’être fait traité d’ignorant et d’imbécile par Alex Vernes (en terme plus indirects mais l’esprit et la morgue étaient là et il a même essayé de m’expliquer que 2 EXP 64 c’est beaucoup ! ignorant que je suis joueur d’échec ! lol), voilà Yvonne qui se demande si je ne suis pas un menteur. L’exposition des chiffres n’est pas claire dans l’article, je le reconnais mais il faut un peu réfléchir. La médiane des personnes hospitalisées est-elle de 71 ans ? La réponse est OUI. Les 10.000 morts en EHPAD et EMS de mars à mai étaient-ils hospitalisés ? La réponse est NON puisqu’ils sont morts dans leurs établissements. Donc la médiane des morts à l’hôpital ne tient pas compte d’eux. C’est quand on regarde l’ensemble des personnes décédées, à l’hôpital ET en EHPAD, que la médiane monte à 84 ans. Donc je maintiens mon propos : cette maladie est surtout mortelle pour des personnes proches du décès, même si je suis désolé pour eux et leur famille qu’ils n’aient pas vécu un peu plus longtemps encore. Je rappelle que durant la troisième semaine de mai, nous avons tous été effrayé de voir que le taux de décès était de 16% ! Voir ici : https://coronavirus.politologue.com/coronavirus-france.FR
      Sur les mêmes graphiques on voit qu’il est tombé aujourd’hui à 3.03%. Et vous allez voir dans les semaines qui viennent qu’il va encore descendre pour se rapprocher de celui d’une (très) méchante grippe. Pourquoi ? Parce que au printemps on ne testait presque pas, donc on testait les malades gravement atteints. Aujourd’hui on teste beaucoup, donc on se rapproche des vrais chiffres de létalité du Covid. Je maintiens que le Covid est un énorme problème parce que l’hôpital qui a perdu 30.000 lits en 20 ans ne peut plus absorber le choc.

      Répondre à ce message

    • C’est dur d’avoir 98 ans en 2020 ! Le 25 octobre à 22:49, par poulet

      Yvonne peut aussi aller se faire cuire un œuf... mais d’autruche celui-la.

      La technique qui consiste à mettre le doigt sur une imprécision dans un article afin de le déconsidérer dans satotalité est bien connue. Cela s’appelle le Fact-checking. L’AFP et le Monde excellent dans cet exercice quis’attaque toujours à ce qui peut gêner le pouvoir.

      La seule vraie question est de savoir si les décisions des pouvoirs sont pertinentes sur le plan sanitaire.
      Sur le plan politique et de la mise au pas des citoyens il n’y a pas de doute.

      Sur l’efficacité des masques par exemple : des tests effectués bien avant l’épidémie indiquent que la plupart des
      masques, y compris en tissus ont une efficacité de 40 à 50 % au maximum, et encore s’ils sont utilisés dans des
      conditions bien précises ce qui n’est presque jamais le cas actuellement. La seule option raisonnable serait de
      proposer à toutes les personnes présentant une fragilité des masques vraiment efficaces avec une protection à
      plus de 98 %.

      D’autre part les autorités sanitaires expliquent qu’il y a zéro contaminations à l’extérieur et que celles-ci se font
      uniquement dans des lieux confinés... espaces privés, entreprises, lieux d’enseignement ou de culte...etc...
      Il n’y a pas de raison que le métro échappe à la règle.

      Le gouvernement, qui a été lamentable dès le début de la crise, se décharge de ses manques sur des boucs
      émissaires... en ce moment ce sont les jeunes qui sont visés.

      Il est également inquiétant qu’un document émanant de 300 éminents médecins, dont le professeur Tubiana soit
      censuré sur le JDD et ignoré par la plupart des médias. On peut néanmoins le trouver sur Ricochets.
      Leurs préconisations diffèrent sensiblement de celles du pouvoir.

      Il reste à mesurer les effets du confinement . Points positifs : baisses des pollutions et des accidents de la route...
      mais pour le reste ?
      La décision de couvre-feu est totalement aberrante. Un restaurateur résume tout à fait le problème en déclarant :
      « pourquoi les clients venant déjeuner à midi seraient moins contaminants que s’ils venaient le soir »...

      L’épidémie a révélé deux choses : l’état inquiétant des défenses immunitaires de beaucoup de Français.
      Causes multiples : malbouffe, alcool, tabac, pollutions diverses... etc.
      Et ! Une politique hospitalière délétère imposée par divers gouvernements et encore aggravée depuis l’arrivée du
      petit roitelet.

      PS : pour la cuisson « à la coque » des œufs d’autruche ne pas excéder 12 minutes.......

      Répondre à ce message

  • C’est dur d’avoir 98 ans en 2020 ! Le 23 octobre à 19:16, par poulet

    Magistral !.. ça correspond tout à fait à ce que je pensais, mais je n’avais pas eu loisir d’analyser les chiffres.......

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft