24 avril soir : actions et appels à la résistance contre le capitalisme et le néo-fascisme

Divers appels pour prendre la rue dès dimanche soir, dans des grandes villes

samedi 23 avril 2022, par Echo des luttes écolo-sociales.

Loin de la résignation ou de l’abattement trop souvent vus, loin du déchargement de la politique sur les politiciens et les technocrates, des personnes et groupes appellent à prendre nos vies en main, à lutter, à se réunir, à prendre la rue, dès dimanche 24 avril soir :

- Nous ne céderons pas une minute à l’abattement - En cas d’élection de Le Pen, les rouages de la République répressive sont déjà en place pour servir une dynamique fasciste. Si Macron demeure, l’emprise de la police reste à défaire.

CE SERA L’ÉGALITÉ OU RIEN !

Un bâtiment du 9e arrondissement de Paris réquisitionné

En cette période électorale toxique, des initiatives solidaires continuent de fleurir. C’est le cas à Paris : un grand bâtiment vide a été réquisitionné pour héberger des personnes à la rue et sans papiers. Le bâtiment résiste depuis près de trois jours, en pleine capitale, dans le 9e arrondissement. Voici un appel à aller les soutenir :

« Pour la 3e fois en 20 ans, l’extrême droite organisée est présente au second tour de l’élection présidentielle. Cette hégémonie a été construite par les gouvernements et les formations politiques de droite et gauche qui ont joué le jeu de la surenchère islamophobe et sécuritaire, sous couvert de lutte contre le terrorisme. Trop nombreux sont celles et ceux qui face à cela se sont tu, ont nuancé, ignoré ou minoré la centralité du racisme dans l’espace public et la dimension coloniale et impérialiste de l’État Français. Le gouvernement d’Emmanuel Macron, par ses lois, ses interviews à des journaux d’extrême droite, à comme aucun autre contribué à la légitimation du racisme dans la société. Face à la banalisation de tous les discours et pratiques racistes, nous nous organisons.

À l’heure,
Où l’extrême-droite sous toutes ses couleurs politiques étend son emprise,
Où les guerres impérialistes des « grandes puissances » rythment et détruisent les vies,
Où beaucoup sont paralysés par l’arrivée potentielle du fascisme et choqués par la banalisation des agressions et des discours racistes,
Où les attaques contre les libertés publiques désarment les solidarités et interdisent les rencontres.
Où, en 48h, des Ukrainiens ont obtenu leur droit, celui que nous voulons pour tous, celui de circuler et de s’installer librement, d’avoir un titre de séjour et un hébergement, et de bénéficier de transports gratuits dans toute l’Europe.
Où l’on prétend que la vie de certains, parce que blancs, blonds ou chrétiens, vaut plus que celles de tous les autres.
Où les États et l’Union Européenne ont ainsi révélé ce que beaucoup faisaient semblant d’ignorer en nous prouvant que « contrôle aux frontières, visa, asile, clandestin, capacité d’accueil, appel d’air, toute la misère du monde », sont des éléments de langage qui ne reposent que sur des intérêts politiques.
Nous ouvrons pour remettre l’égalité à l’ordre du jour.
Nous ouvrons parce que leurs frontières ne sont pas les nôtres, et parce que nous ne reconnaissons pas les nôtres à la couleur de leurs yeux, à leur passeport, à leur « qualité » ou à la marque de leur voiture.
Nous ouvrons pour que toutes les personnes privées du droit de vote interviennent dans les élections présidentielles.
Résister à l’extrême-droite, c’est s’organiser avec toutes celles et ceux qui sont ici.
Parce que nous n’accepterons jamais qu’un statut administratif, qu’un travail ou qu’un papier soit la condition de la valeur d’un homme ou d’une femme.
À bas les catégories séparatistes et les pratiques d’apartheid inventées par l’État : « réfugié, assisté, communautariste, migrant économique, islamogauchiste, français, citoyen ».

Parce que le seul séparatisme qui tue, c’est celui de l’État et des riches.
Parce que nous n’accepterons jamais que quiconque essaye de faire exister deux mondes différents sur un même bout de trottoir.
Il n’y a qu’un seul monde... que le racisme divise.
Nous ouvrons pour exister ensemble, car personne ne devrait se contenter de survivre.
Nous ouvrons en chantant les slogans révolutionnaires « Houria salama wa 3adala », « Nan kar azadi » et « Mong hpar hak rwarou »*. Nous ouvrons avec en mémoire les martyrs de nos révolutions.
Nous ouvrons pour toutes celles et ceux qui résistent aux Américains comme aux Talibans, pour les prisonniers de Aby Ahmed, de Sissi, de Mohamed VI ou d’Idriss Déby, dirigeants installés et maintenus au pouvoir par la France.
Nous ouvrons avec dans le cœur toutes celles et ceux qui crèvent à petit feu ou se tuent, en prison, en Centre de rétention administrative ou en exil.
Nous ouvrons avec le souvenir des morts de la Manche, de la Méditerranée, de Vintimille, des Alpes et de la rue et pour qu’il n’y en ait plus demain.
Nous ouvrons avec les comités de résistance populaires algérien, avec le peuple sénégalais qui dit « France, dégage ! » et le peuple malien qui fête le départ de l’armée française.
Nous ouvrons pour résister à la torture de l’attente : Parce qu’à Stalingrad, à Pantin, à Saint la rue : on coupe les tentes au cutter et on jette de l’eau de javel sur des gens.
On cherche à les enfoncer dans le trottoir. On cherche à transformer des visages et des corps en mobilier urbain.
Frontex et les règlements de Dublin et de Schengen font de l’Europe une prison à ciel ouvert.

Nous nous battons :
Pour des papiers, des visas et la nationalité française pour n’importe qui veut : c’est la seule chose qui permet d’aller voir sa famille au pays ses parents, et de ne pas avoir peur dans la rue.
Pour un logement digne pour toutes et tous, qu’on réquisitionne les vides et qu’on en construise de nouveaux.
Pour que plus personne ne dise "avant, je n’étais pas fou" et que personne n’ait plus jamais à se taire.
Pour que jamais un retour au pays ne sonne comme une peine à perpétuité.
Nous ouvrons pour qu’existe un endroit où puisse se reconstruire la solidarité entre français et étrangers,
Pour que les immigrés aient un lieu indépendant pour se réunir et s’organiser librement entre ici et là-bas.

Parce que ce sera l’égalité ou rien
Ce lieu est une arme. Ce lieu est un outil.
C’est une ambassade de Paix dans un monde en guerres.
Ceci est l’Ambassade des immigrés.
C’est l’ambassade de celles et ceux à qui on répète qu’ils sont étrangers,
Celle depuis laquelle nous préparons nos victoires collectives.
Celle depuis laquelle nous obtiendrons l’égalité de toutes et tous
. »

* Slogans de manifestation :
Liberté, paix, justice en arabe
Pain, travail, liberté en dari
Nous voulons nos droits en pachto

RDV au 17 rue SAULNIER, 75009 Paris
Collectif la Chapelle Debout !
Facebook : Collectif La Chapelle Debout
Cagnotte de soutien : https://www.okpal.com/cagnotte-de-soutien-a-l-ambassade.../
Mail : collectif.lachapelle.debout chez gmail.com

(post Nantes Révoltée)

Dès Dimanche soir

Dans de nombreuses grandes villes, des appels apparaissent à prendre la rue dimanche soir, exemple à Montpelllier :

Actions et appels à la résistance contre le capitalisme et le néo-fascisme
Montpellier le 24 avril à 20h30
Actions et appels à la résistance contre le capitalisme et le néo-fascisme

Strasbourg samedi

- Manifestation contre l’extrême-droite et ses idéologies mais aussi contre le duel mortifère du second tour de la Présidentielle 2022 entre Macron et Le Pen en cours à Strasbourg (samedi 23 avril) : https://www.facebook.com/peuplerevoltefr/videos/682614876284099


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
[Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

- Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Présentation | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir à but non-lucratif, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft