Quelques interrogations critiques sur les aménagements à la Saleine, Crest

Réduction de la zone inondable ...en vue de davantage de bétonnage et d’artificialisations

par Les Indiens du Futur.
Mis à jour le dimanche 23 février 2020

La mairie de Crest, le Syndicat Mixte de la Rivière Drôme (SMRD) et l’Etat se réjouissent avec force communication positive de l’opération d’aménagement menée en ce moment autour du cours d’eau de la Saleine (près de Casino et de la déviation), décrite comme exemplaire à tout niveau dans de jolies plaquettes.

Qu’en est-il vraiment ?

On se réjouit que la Saleine voit son lit un peu élargit en vue d’une vie plus naturelle du cours d’eau, mais il ne faudrait pas oublier que si des bâtiments sont situés dans des zones inondables et qu’on doit à présent construire une énorme bassin de rétention pour les protéger des crues, c’est qu’auparavant des constructions ont été autorisées par des autorités sur ces zones inondables et ont détruit des zones naturelles et humides.

étendre davantage encore la zone industrielle

A présent, les autorités s’enorgueillissent de rendre plus naturelles, de « restaurer » de petites zones résiduelles, mais d’une part elles sont très nettement plus petites que ce qui existait avant les constructions, et d’autre part les aménagements actuels veulent permettre d’étendre davantage encore la zone industrielle et commerciale (voir nouveau PLU), de construire de nouveaux bâtiments, ce dont ils se réjouissent dans leur inconséquence coupable à force d’obstination, et donc de continuer le bétonnage au détriment des sols vivants et des activités agricoles (environ 6 (?) hectares supplémentaires bétonnés au sud du MacDo + les éventuelles extensions d’entreprises existantes).

Crest : interrogations critiques sur les aménagements à la Saleine, bétonnages supplémentaires en vue
Zone à bétonner supplémentaire, ...grâce aux aménagements « écologiques » contre les inondations
continuer le bétonnage au détriment des sols et des activités agricoles

Un tel bétonnage est totalement contraire à la nécessité urgente de couper radicalement court aux pratiques qui favorisent les catastrophes climatiques et écologiques en cours.
D’autant qu’on trouve, près de Crest (Aouste, Grane, Eurre), des zones industrielles déjà aménagées, vides ou disposant d’emplacements libres.
Là, on va nous dire sans doute, naïvement ou vicieusement : « mais il faut bien de nouveaux emplacements industriels à Crest si on veut relocaliser les activités économiques et éviter ainsi que les travailleurs se déplacent pour aller plus loin travailler, ce qui est écologique non ? »

Ben non, pas forcément, ce qui serait vraiment écologique (et répondrait donc également à une exigence sociale), ce serait plutôt :

  • de désartificialiser des parkings et zones bétonnées
  • de ne pas créer une nouvelle zone artificialisée de 6ha
  • d’étendre la zone naturelle autour du cours d’eau, et garder une partie de ces 6ha pour des activités agricoles biologiques productives (ou des potagers urbains) dont on a bien besoin proches de la ville
  • si besoin, d’utiliser les friches industrielles existantes pour des activités économiques
  • de choisir vraiment de quelles activités on a besoin du point de vue de la résilience (capacité d’autonomie locale et de résistance aux crises) et de l’arrêt des développements économiques qui aggravent la situation
  • en conséquence, de reconsidérer de manière approfondie la question de l’emploi, du temps de travail, de sa répartition et de la répartition des richesses produites
on a besoin d’activités d’autonomie alimentaire locale, d’artisanats locaux et low tech

Au lieu d’une énième surface commerciale ou d’une entreprise qui va exporter loin des produits quelconques ou fabriquer des machins pour le luxe, on a plutôt besoin d’activités d’autonomie alimentaire locale, d’artisanats locaux et low tech pour les besoins de base, comme la rénovation, la construction écologique et la production textile de vêtements et autres. C’est à dire des petites unités en coopératives à taille humaine, qui devraient pouvoir s’insérer dans les bâtiments existants ou abandonnés.
D’autre part, toujours dans une optique de réelle bifurcation écologique et sociale, sans doute que certaines industries et activités devront être arrêtées (grandes surfaces, usines polluantes, produits nuisibles, etc.), ce qui libérerait de la place pour des activités plus adaptées aux exigences écologiques et de résilience locale, sans avoir besoin d’artificialiser de nouveaux terrains.

certaines industries et activités devront être arrêtées

Les autorités tenteront sans doute de nous vendre à la Saleine une nouvelle zone industrielle éco-responsable machin-chose à base de développement économique circulaire durable, garnie d’arbres et de panneaux solaires, mais ça ne changera pas le fait qu’il s’agit de bétonnage supplémentaire et irresponsable.

Au delà de la protection des inondations à la Saleine, l’opération écologique limitée sert à masquer un programme d’artificialisation supplémentaire.
Les localités sont en concurrence entre elles, chaque commune espère attirer des entreprises chez elle, et rivalise d’attractivité à coup de bétonnages, ce au détriment du bon sens et du vivant.

Bref, le système en place (capitalisme, Croissance, civilisation industrielle et institutions non démocratiques) est tellement incrusté qu’on se réjouit des petites choses sans doute positives faites parfois (faudrait encore examiner de plus près, car quand on voit les travaux des chemins piétons au Bosquet et à la Prairie..., où des arbres sont coupés sans vergogne), mais sans voir que c’est au service de l’aggravation et de la continuation des désastres qu’il produit.

Bien entendu, nos propos seront taxés par les aménageurs, par les éternels fossoyeurs réalistes-eux du monde vivant, d’idéologie rétrograde et extrémiste, de retour à la bougie et d’irréalisme irénique de privilégiés.

- Pourtant, voici ce qu’André Gorz répond :

L’utopie ne consiste pas, aujourd’hui, à préconiser le bien-être par la décroissance et la subversion de l’actuel mode de vie ; l’utopie consiste à croire que la croissance de la production sociale peut encore apporter le mieux-être, et qu’elle est matériellement possible.

Qui sait, peut-être qu’un jour prochain les ZAD et autres occupations vont fleurir partout dans nos vallées ?

P.-S.

NOTES : on pourrait faire des remarques similaires pour la zone artisanale des Valernes prévue par la mairie et la 3CPS sur une zone naturelle située à côté de l’Espace St Jean.

Les velléités nouvellement affichées dans les discours ont pour l’instant très peu d’effets sur les projets matériels

Partout en France, le bétonnage, pourtant connu comme un fléau, continue, pour des routes, des ronds-points, des lotissements, des grandes surfaces, des usines polluantes... Quelques exemples pour la Drôme : Axe 7 et Inspira dans la vallée du Rhône, des immenses entrepôts logistiques (Alizon à Valence, Amazon partout), carrière à St-Nazaire en Royans, etc.

Les velléités nouvellement affichées dans les discours (à Crest également) ont pour l’instant très peu d’effets sur les projets matériels, qu’on se contente de rendre plus acceptables par le verbiage « vert » et des équipements (de-transition) vantés pour réduire un peu les impacts et faire des économies d’énergies.
Mais il parfaitement vain et criminel de faire quelques économies d’un côté si de l’autre on accroît partout les infrastructures et activités qui consomment des terres, des matières premières et des énergies. Au final, c’est davantage de destructions et de CO2, et on s’enfonce dans l’impasse suicidaire.


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft