Pour une autre Marseillaise

par Roger Poulet.
Mis à jour le jeudi 19 octobre 2017

Pour une nouvelle Marseillaise

Par rapport à d’autres hymnes, la Marseillaise apparaît, en tous cas dans le couplet habituellement chanté, comme particulièrement agressive.Il est vrai, qu’à l’origine le « sang impur » désignait « ceux qui ne sont rien » contre « ceux qui ont tout, c’est à dire « les « sang bleu ». Il y a une certaine ironie dans ce terme. Il est vrai aussi, qu’aujourd’hui les gens ont plutôt tendance à penser aux « envahisseurs », à ceux qui viennent d’autres civilisations ! Pour régler le problème, je propose une nouvelle Marseillaise, celle de Gaston Couté, poète beauceron et militant anarchiste, mort à Paris en 1911 à l’âge de 31 ans. Gérard Pierron, troubadour contemporain, propose aussi une autre musique, moins martiale.

Le refrain marche aussi très bien avec la musique habituelle. Je joins à cet article le texte de Gaston Couté et pour ceux qui lisent la musique, la partition de Gérard Pierron. Les instruments d’accompagnement sont les bienvenus.Cet air est destiné à une très prochaine Chorale Révolutionnaire qui pourra intervenir dans les prochaines manifestations qui s’annoncent, et qui va s’enrichir d’une quantité de beaux chants. Bientôt un enregistrement audio pour faciliter la mémorisation et également la version de Gérard Piérron sur YouTube.

Paysans dont la simple histoire
Chante en nos cœeurs et nos cerveaux
L’exquise douceur de la Loire
Et la bonté des vins nouveaux,
Allons-nous, esclaves placides,
Dans un sillon où le sang luit
Rester à piétiner au bruit
Des Marseillaises fratricides ?...

En route ! Allons les gâs !
Jetons nos vieux sabots
Marchons, Marchons,
En des sillons plus larges et plus beaux  !

A la clarté des soirs sans voiles,
Regardons en face les cieux ;
Cimetière fleuri d’étoiles
Où nous enterrerons les dieux.
Car il faudra qu’on les enterre
Ces dieux féroces et maudits
Qui, sous espoir de Paradis,
Firent de l’enfer sur la "Terre" !...

Ne déversons plus l’anathème
En gestes grotesques et fous.
Sur tous ceux qui disent : " Je t’aime "
Dans un autre patois que nous ;
Et méprisons la gloire immonde
Des héros couverts de lauriers :
Ces assassins, ces flibustiers
Qui terrorisèrent le monde !

Plus -de morales hypocrites
Dont les barrières, chaque jour,
Dans le sentier des marguerites,
Arrêtent les pas de l’amour !...
Et que la fille-mère quitte
Ce maintien de honte et de deuil
Pour étaler avec orgueil
Son ventre où l’avenir palpite  !...

Semons nos blés, soignons nos souches !
Que l’or nourricier du soleil
Emplisse pour toutes nos bouches
L’épi blond, le raisin vermeil !...
Et, seule guerre nécessaire
Faisons la guerre au Capital,
Puisque son Or : soleil du mal,
Ne fait germer que la misère.


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Documents joints

  • (PNG – 352.5 ko)
  • (PNG – 818.8 ko)
  • (JPEG – 730.2 ko)
Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Bouteilles à la rivière | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft