Pas responsables et intouchables

Platane et mairie de Crest

par michel galy.
Mis à jour le mercredi 12 juillet 2017

Comment accepter qu’une municipalité œuvre depuis 20 ans, patiemment, inexorablement au contrôle sans partage des grandes et menues décisions qui vont structurer le quotidien de ses habitants-
Comment admettre que celle là-même qui en régente le moindre détail, standardise, stérilise et impose son ordre strict et mortifère, s’exonère par avance de ce qui pourrait être de sa responsabilité dans le cadre de ses choix urbanistiques ---

on ne peut donc que conclure, dans notre cas, à une défaillance première de la part des responsables municipaux

Un coup de vent, une branche qui se détache du platane et tombe sur des personnes attablées sur la terrasse à l’ombre de cet arbre ; un enfant légèrement blessé, un autre plus grièvement : la branche était pourrie au niveau de sa jonction avec le tronc !
C’est du devoir d’une municipalité que de constater et prévenir tout ce qui pourrait constituer un péril sur la voie publique ; on ne peut donc que conclure, dans notre cas, à une défaillance première de la part des responsables municipaux-

Source photo chute de branche platane à Crest : le Dauphiné

Et voilà que nos fiers régisseurs ( inquiets sûrement des conséquences éventuelles de leur négligence ou de leurs calculs ) utilisent les moyens les plus indignes pour convaincre l’opinion de leur « innocence » dans cette affaire !
Sous entendus, insinuations, amalgames vont être utilisés , sans vergogne : les rumeurs les plus malhonnêtes sont lancées : « oui ce n’est pas de notre faute mais bien celle des écolos qui s’opposent à l’abattage du moindre arbre, ou bien, la blessure aurait été causée par du mobilier installé par le gérant du lieu, ou encore la finalité de la plainte déposée est uniquement intéressée financièrement, etc --- »

Ce spectacle est pitoyable et indigne, où sont les élus qui ont le sens de la responsabilité et de l’honneur, pas chez nous en tout cas !


3 Messages

  • Pas responsables et intouchables Le 12 juillet à 10:49, par Camillep

    Pour le suivi des arbres en ville, on ne décide pas des tailles et abattages selon les intérêts et envies des uns ou des autres, mais en fonction d’avis donnés par des spécialistes éclairés et indépendants. En sachant bien entendu que le risque nul n’existe pas malgré tout.

    A Crest, au moins deux personnes ont dit que la mairie avait refusé (notamment pour faire des économies ?) d’employer des personnes qualifiées pour s’occuper de nos arbres, et que la plupart des arbres étaient mal taillés, ce qui les fragilise et favorise les maladies, et donc les accidents.
    (voir par exemple les conseils de la Haute Garonne)

    Place de l’église, la mairie avait prévu de couper 3 platanes côté Est avant qu’ait lieu l’accident. La branche qui a chuté faisait partie des arbres que la mairie n’avait pas prévu de couper.

    La mairie de Crest a-t-elle fait suivre et entretenir nos arbres communaux par des personnes compétentes ?

    Après un accident grave, la majorité municipale dirigée par Mr Mariton essaie de rattraper le coup en coupant d’autres arbres et en demandant un diagnostic à l’ONF...
    Ca ressemble à de la com et du sauve qui peut pour tenter de rassurer.
    Ca semble confirmer que le suivi avait été mal fait.

    Il serait bon que des spécialistes indépendants s’expriment librement pour y voir plus clair.

    Répondre à ce message

  • Pas responsables et intouchables Le 12 juillet à 11:05, par Camillep

    voir aussi des réflexions intéressantes sur les platanes d’Avignon
    Il est possible de limiter les abattages tout en assurant mieux la sécurité !

    Répondre à ce message

  • Pas responsables et intouchables Le 12 juillet à 12:53, par PapyWeb

    J’ai une forte impression de déjà vue... Steven Spielberg le montrais bien dans sont deuxième long métrage "Les dents de la mer...) (Jaws, littéralement, « Mâchoires »)

    "Pendant l’été 1975, sur l’île d’Amity, un groupe d’étudiants fait la fête sur la plage. Une jeune femme s’éloigne du groupe pour un bain de minuit alors que son flirt s’endort sur la plage, ivre. Après quelques brasses, la jeune femme est happée et disparaît dans l’eau en poussant des cris de terreur. Quelques secondes après, la mer retrouve son calme nocturne. Personne ne sait ce qui vient de se dérouler.

    Le lendemain, à la suite de la déclaration de la disparition de la jeune femme, Martin Brody, nouveau chef de la police locale originaire de New York, découvre les restes de la victime. Il attribue aussitôt cette mort à une attaque de requin, mais sous la pression du conseil municipal et aussi en raison de son inexpérience sur cette île, il suit les recommandations du médecin légiste de l’île et conclut à une mort accidentelle (noyade et choc avec un bateau).

    Malheureusement, quelques jours après, un enfant est happé à son tour par le requin, et cette fois les témoins sont nombreux à assister à la scène. Le doute n’est plus permis : un requin rôde le long des plages d’Amity.

    Le conseil municipal est confronté à un choix douloureux. Il peut adopter des mesures de protection le temps de se débarrasser du requin, c’est-à-dire interdire la baignade. Mais ce faisant, il met en péril l’activité touristique de l’île. Nous sommes à quelques jours du 4 juillet (fête nationale américaine) et l’impact économique pourrait être désastreux.

    De plus, la mère de l’enfant a passé une annonce dans les journaux locaux et promet 3 000 dollars à qui tuera le requin. Le conseil s’inquiète de la publicité négative sur la ville et également de l’arrivée en masse de pêcheurs plus ou moins qualifiés pour obtenir la récompense. Parallèlement, Quint, un pêcheur local, propose ses services au conseil municipal pour tuer le requin. Mais il exige 10 000 dollars."

    La problématique des arbres aurait du-être réglée depuis fin 2017... au pire début 2017... enfin dans un monde idéal... ;-)

    Alors soit la municipalité est incompétente... je le crois ! sois c’est un calcul financier pour sauver la saisons touristique... ce que je crois aussi ! Autre élément au dossier c’est bien là, cours Joubernon que doit avoir lieu le "bal populaire" assortie de la défarde républicaine... donc il convenait de protéger les électeurs potentiels des futures municipales... Faut-il encore que je fasse remarquer, que pour les merdiévales le centre ville était protégé par des blocs anti-voiture et/ou camion, de même pour le corso de la saint Pierre... Alors que pour la fête de la musique, rien de tel... ont vois donc bien que la municipalité protège qui elle veut bien...!

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Version imprimable de cet article Version imprimable
Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Bouteilles à la rivière | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft