Pas d’enfant à la rue à Valence !

Maire de Valence et préfet de la Drôme toujours incapables d’humanité...

par Auteurs divers.
Mis à jour le vendredi 3 mai 2019

Une quinzaines d’enfants âgés de quelques mois à 14 ans et leurs parents ou mamans seules et deux familles avec enfants demandeuses d’asiles depuis un mois et toujours pas logées ont manifesté ce 1er mai avec les syndicats et les gilets jaunes.

Enfants en tête ils ont scandé « Pas d’enfant à la rue » . Ces enfants savaient de quoi ils parlaient qui vivent dans les squares, près de la gare, dans les laveries, depuis que le préfet a pris la décision début mai de les sortir des logements gérés par le 115.
Ils /elles sont tous scolarisés et parlent le français, leur enseignant-e-s présents à leurs cotés réclament vainement depuis plusieurs semaines leur mise à l’abri ne supportant plus de travailler avec des élèves épuisés par des nuits difficiles et souvent malades.

1er mai : manif pour « pas d’enfants à la rue à Valence »

Parmi eux deux familles qui devraient, depuis un mois, être logées, car demandeuses d’asile. Dont cette maman seule avec ses deux fils 4 ans et 6 ans bientôt convoquée à l’OFPRA et qui doit préparer son audition dans la rue.
Le diaconat protestant prestataire de service de l’OFII (l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration) par le biais de sa filiale Asile.com n’intervient pas par peur de perdre « le marché », le Préfet renvoie sur l’OFII alors qu’il a les prérogatives de protéger ses enfants, quant au Maire de Valence qui pourrait mettre des locaux à disposition, il préfère bloquer la circulation en semaine pour exhiber des voitures de course. Des centaines de milliers d’euros gaspillés pour sa future réélection alors qu’il suffirait de peu mais surtout d’humanité pour mettre fin à ce scandale indigne de notre société et de notre époque.

Les autres familles sont déboutées du droit d’Asile mais sont intégrables, volontaires et prêtes à officier dans des métiers qui manquent de bras et de volontaires (bâtiment, santé, restauration etc.).

Pas d’enfants à la rue à Valence, pas d’enfants pourchassés dans la rue par des responsables de l’état et de la Ville qui préfère cacher la misère et la détresse et se fermer les yeux plutôt qu’assumer leur missions de protection de l’enfance. Il faut loger et régulariser ces familles !

- Un communiqué de : Anticapitalistes Valence nord Drôme Ardèche - NPA


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Bouteilles à la rivière | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft