Ricochets

Faire rebondir l’expression libre en Val de Drôme

Accueil > Les Articles > Paradise papers : ultra-riches et grosses entreprises s’arrangent souvent (...)

Paradise papers : ultra-riches et grosses entreprises s’arrangent souvent pour échapper à l’impôt - et si on bousculait tout ça ?!

Paradis fiscaux = preuve d’un système non-démocratique voué aux riches

vendredi 10 novembre 2017, par Camille Pierrette

En ce moment, les « révélations » se succèdent et se ressemblent sur les richards et les multinationales (même la Reine ! I am chocking ! lol) qui contournent par tous les moyens possibles, plus ou moins légaux, leur devoir de payer l’impôt, alors que les plus pauvres qu’ils exploitent n’ont pas les moyens d’y échapper.

Les pauvres et classes moyennes payent plusieurs fois la note :

  1. en subissant la précarité due au système capitaliste qui les exploite
  2. en payant impôts et taxes pour financer les infrastructures et services qui bénéficient aussi (et même surtout : TGV, avions, aéroports) aux plus riches qui eux souvent fuient l’impôt
  3. par l’argent de l’Etat qui sert souvent à subventionner par divers biais et avantages les grosses entreprises. Voir par exemple le projet de Center Parcs Roybon : 112 millions d’euros de nos impôts pour financer Pierre et Vacances !
  4. en subissant des services publics dégradés parce que l’Etat ne peut/veut plus les financer, alors que les plus riches sont mieux desservis et ont les moyens d’aller dans des cliniques privées et autres médecins hors de prix
  5. en subissant au quotidien chez soi et sur le trajet du travail les pollutions générés par les entreprises et le modèle capitaliste qui profite surtout aux plus riches, qui eux ont les moyens d’habiter dans les quartiers moins pollués
ils ont favorisé volontairement ou laissé faire le système économique et politique qui autorise et appelle les paradis fiscaux, l’optimisation fiscale, le mépris et la violence extrémiste et cynique des riches

Les médias et politiciens pro-capitalistes, soudain très « militants », s’alarment, s’indignent, vendent du papier et des fausse larmes.
Ils nous font leur petit numéro alors qu’ils ont favorisé volontairement ou laissé faire le système économique et politique qui autorise et appelle les paradis fiscaux, l’optimisation fiscale, le mépris et la violence extrémiste et cynique des riches qui veulent le beurre (les services, les infrastructures, les polices et lois des Etats pour contenir les contestations et protéger leurs propriétés) et l’argent du beurre (échapper à l’impôt) tout en couchant avec le crémier et la crémière (être adulés et remerciés pour leur soi-disant rôle de soi-disant « créateurs » de soi-disant "richesses).

Les peuples sont tellement résignés et laminés que Macron 1er n’aura même pas besoin de faire semblant de se fâcher contre ses amis les ultra-riches et les multinationales, il fera peut-être une petite loi ou deux, un ou deux fraudeurs seront « sacrifiés » pour l’exemple, et tout continuera comme avant, forcément.
Et les moutons continueront de se faire tondre toujours plus, en souriant ou pas, en baisant les pieds des « 1ers de cordée » et des stars ou pas, grâce aux « réformes » ultra-libérales des gouvernements qui continueront de favoriser les multinationales et la violence capitaliste.

Comme « solution » (impossible dans le contexte du capitaliste mondialisé voulu et organisé par Le Monde et les politiciens depuis des lustres), le journal le Monde et d’autres appellent à plus de contrôles, à boucher les trous juridiques et à faire payer les grosses entreprises et autre richards optimiseurs fiscaux.
Voeux pieux inapplicables car les lois ont été conçues volontairement pour permettre les optimisations fiscales, et surtout parce que les multinationales ont trop de pouvoir, feront comme d’hab du « chantage à l’emploi », et continueront en loucedé leurs arnaques.
En plus ce serait donner toujours plus de pouvoir à l’Etat, quel intérêt de passer de la peste au choléra !?

Si les humains se « réveillaient », il y aurait d’autres solutions plus adaptées : par exemple démanteler les multinationales et les faire passer sous contrôle démocratique de leurs employés et des peuples, envoyer paître les grands patrons et les actionnaires sur Mars ou sur un rocher battu par les vents d’un paradis fiscal anglo-normand.
En tout cas, les coups de gueule, les indignations virtuelles et passagères, les lois, ne suffiront pas à changer tout ça.

Maintenant qu’on a créé un giga monstre (le capitalisme, la mondialisation ultra-libérale, la non-démocratie au profit des plus riches), difficile de le faire rentrer à la niche !
Y a plus qu’à attendre qu’il dévore tout et crève faute de nourriture ? Triste perspective..., car on risque fort de crever tous avec lui.
Espérons malgré tout que les humains retrouvent rapidement le chemin des ruptures radicales et des luttes collectives organisées pour construire une toute autre voie... (voir aussi mes autres articles)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.