On n’embauche pas à l’arrêt public

Merci Macron

par auteur2.
Mis à jour le jeudi 5 juillet 2018

Quand on aligne les chiffres, on s’aperçoit qu’il y a 0 euro pour payer un salarié.

Il faut limiter les charges le plus possible.

Si les adhérents ne peuvent pas ouvrir tous les mardis et tous les samedis les revenus vont chuter gravement.

Il faut une nouvelle source de revenus. Une des solutions est de vendre des choses à manger.

Pour prendre les bonnes décisions, je pense qu’il faut suivre les comptes chaque mois.

Bien sur tout ceci est l’avis d’un adhérent de base.

Ce sont les 3 personnes de la collégiale qui vont décider.


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Version imprimable de cet article Version imprimable
Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Bouteilles à la rivière | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft