Nouveau supermarché bio La Vie Claire à Aouste/Crest, un modèle archaïque ?

Pour des magasins bio coopératifs, soutenables et solidaires

par Camille Pierrette.
Mis à jour le samedi 5 août 2017

Le 28 juillet 2017, un supermarché bio La Vie Claire a ouvert sur la zone commerciale Intermarché à Aouste-sur-Sye à l’emplacement de « Pro et cie », tout près de Crest. C’est un magasin de produits biologiques pour l’alimentation, la santé et le bien être.

On pourrait de prime abord se réjouir de voir l’essor du bio et l’apparition de nouveaux magasins.
Mais on peut aussi s’interroger sur le type de produits bio proposés, sur le type de magasins qui les proposent, et sur le type de système économique qu’ils perpétuent.

Sur le côté écologique des produits bio proposés

Vous pouvez lire une petite enquête de Reporterre : Dans les chaines bio, les fruits et légumes sont-ils toujours écolo ? Pas si simple
On voit que la concurrence et la nécessité de répondre aux souhaits des consommateurs pour vendre peut faire parfois pencher les pratiques vers le même modèle que les grandes surfaces : ce sont les consommateurs, plus ou moins bien informés, qui choisissent.
Avec le risque de vendre des produits pas très éthiques ou écologiques pour suivre les désirs des acheteurs.

Lire aussi « Les fausses promesses du bio industriel »

Dans les magasins sur Crest, à l’Etincelle ou à l’Epicerie Nouvelle, on trouve beaucoup de produits importés qui viennent de loin. Parce que les productions locales sont sans doute insuffisantes ou inexistantes dans certains domaines, mais aussi parce que les produits venant de l’étranger sont moins chers, permettent plus de marges de bénéfices pour le propriétaire du magasin, et sont peut-être plus accessibles aux consommateurs pauvres ou non fortunés. Ce sera sans doute similaire à La Vie Claire
L’Epicerie Nouvelle semble faire davantage d’efforts pour avoir des produits locaux.

A Crest il y a aussi les marchés et le magasin de producteurs. L’offre commerciale est donc variée.

Sur la structure économique de la Vie Claire et des autres magasins bio à Crest

Tous ces magasins (La Vie Claire, L’Etincelle, l’Epicerie Nouvelle), bien que se voulant bio, écologiques et éthiques, s’inscrivent dans l’économie de marché. Ils font du commerce, vendent des produits à des consommateurs contre de l’argent, ce qui permet des bénéfices pour les gérants/propriétaires et de payer des salaires.
Il est vrai qu’il n’est pas si facile de faire autrement car il n’y a pas d’autres modèles économiques en place, et il faut payer les loyers, les cotisations, etc.

Néanmoins, je relève quand même la contradiction. En effet, si on creuse un peu, on comprend que l’économie de marché (le capitalisme, hou le gros mot !) et l’écologie « véritable » ne sont pas très compatibles.
La mise en concurrence permanente des producteurs et magasins de produits bio dans l’économie de marché entraîne fatalement une recherche de baisse des coûts, une concentration des acteurs, et donc une baisse de qualité et d’exigences écologiques, une production de masse de type industrielle, l’importation de produits venant de loin où les travailleurs sont moins chers et moins protégés, la tentation de pousser à la consommation, le développement de la publicité et des emballages, sans parler des risques accrus de fraudes quand le circuit s’allonge.
Tandis que l’écologie devrait plutôt appeler à la modération, à la production locale, à la collaboration non marchande.

Certains diront que c’est positif, que les supermarchés permettent l’accès à tous aux produits bio... Peut-être, mais à quel prix écologique et social ? Pour quels produits ?

- Tous les magasins bio s’inscrivent donc paradoxalement dans le capitalisme (= antithèse de l’écologie), mais certains ont des fonctionnement qui tentent quand même de s’en éloigner plus ou moins :

# La chaîne Biocoop a un conseil d’administration composé de producteurs, salariés, association de consommateur, et 40% de ses magasins sont des coopératives. Faudrait voir comment ça se passe dans les décisions courantes ?

# Localement, à Die, on trouve la Carline, une coopérative SCIC à but non lucratif, qui a plus de latitude pour travailler avec des producteurs locaux et pour pratiquer des prix accessibles à tous.
A la Carline, pas de capitalisation, pas de marge pour un dirigeant ou des actionnaires, pas de fausse promo, pas de produit d’appel, amplitude des salaires limitée à 1.7, etc.
C’est un fonctionnement plus éthique qui s’éloigne de la doctrine capitaliste.

# Voir aussi l’épicerie associative à Beaufort sur Gervanne, qui est prometteuse également.

# « Les supermarchés coopératifs » peuvent aussi être un début de sortie du modèle de l’économie de marché. Les clients sont remplacés par des coopérateurs bénévoles. Voir par exemple « La Louve » à Paris.

Les exemples de la Carline et des supermarchés coopératifs sont nettement plus intéressants que les magasins commerciaux. On aurait bien besoin sur Crest d’une coopérative de ce type plutôt que d’une énième surface commerciale !

Pour aller plus loin que ces coopératives, s’émanciper davantage de la concurrence et du problème insoluble de donner une valeur aux biens et services, il faudrait entre autre sortir des systèmes d’échanges basés sur l’euro, sur le temps de travail, voire ne plus utiliser de monnaie du tout. Mais ça implique la création d’un vrai réseau économique avec de multiples activités pour que chacun.e puisse s’y retrouver, ce qui impliques aussi des changements politiques et sociaux.
Il est possible d’inventer aussi des systèmes mixtes et inclusifs de type « coopérative intégrale ».
De tels systèmes économiques soutenables permettraient de satisfaire les besoins réels de tous, dans la sobriété et le bien vivre, et dans une vraie prise en compte des très graves crises écologiques. Car on voit bien que l’économie de marché, étant une des causes majeures des catastrophes écologiques, ne peut pas apporter de remèdes sérieux.

- Sur Crest, le réseau « Autonomie Crest » s’est constitué fin 2016 pour avancer dans le sens de l’autogestion et de la construction de formes d’échanges économiques coopératifs hors marché.

Sur l’accessibilité des produits bio aux plus pauvres

Pour l’instant, les produits bio et locaux sont plus chers que les autres.
De ce fait, même en changeant les modes de consommation et en considérant les bénéfices du bio, ce n’est pas toujours facile pour les plus pauvres d’acheter beaucoup de bio (j’en suis !). D’autant qu’il y a aussi les barrières des classes sociales.

Des magasins coopératifs à but non lucratif permettraient déjà d’améliorer cette situation.
Mais il faudrait aussi des changements plus structurels.

Par exemple, une part de plus en plus importante de nos revenus est utilisée pour nous loger, pour l’immobilier.
De ce fait, la part d’argent disponible pour l’alimentation diminue. Veut-on continuer à tous vouloir être propriétaires, à autoriser/favoriser la spéculation et la gentrification, à vouloir placer de l’argent dans la Pierre ? Ou préfère-t-on pouvoir facilement payer des aliments et productions de qualité pour tous ? Et ainsi permettre aux producteurs de vivre moins durement.

Plus généralement, on retrouve le problème d’une économie de marché qui écrase tout, utilise et perpétue les inégalités, génère crises et chômage, favorise la précarité et l’individualisme, privilégie le profit à l’épanouissement individuel, au respect de la Terre et à la satisfaction des besoins réels, etc.
Dans une autre économie, soutenable et solidaire, plus besoin de multiples labels et contrôles, tout serait bio ou quasi, et personne n’aurait envie ni intérêt à « tricher » puisque qu’il y n’aurait ni échanges marchands ni recherche du profit, ni consommateurs ni actionnaires.

Conclusion : le bio, simple business ou support d’une autre forme d’économie ?

Le supermarché La Vie Claire d’Aouste, comme les autres magasins bio commerciaux de Crest et de la région, est dans un modèle archaïque qui nous enchaîne à l’économie de marché, à la déresponsabilisation sur l’écologie et l’économie, à la concurrence et à l’exploitation de travailleurs d’ici et d’ailleurs.
Ces magasins commerciaux sont donc globalement néfastes, mieux vaudrait développer des structures coopératives telles que La Carline à Die ou les « supermarchés coopératifs ».
Ou aller plus loin encore dans la rupture avec l’économie de marché pour se tourner vraiment vers la création d’une autre économie, en s’inspirant par exemple des coopératives intégrales et initiatives similaires.


3 Messages

  • Nouveau magasin bio La Vie Claire à Aouste/Crest, un modèle archaïque ? Le 5 août à 11:24, par Camille Pierrette

    Le Journal le Crestois a publié cette semaine un « article » élogieux sur le lancement de ce nouveau supermarché.
    Cet « article » ne se distingue en rien des autres, si ce n’est une mention en italique indiquant « information commerciale », qu’on ne voit pas forcément tout de suite (c’est le but).
    Bref, le Crestois use de vulgaire publicité maquillée en article de presse ! Un procédé hélas banalisé qui fait se mélanger/confondre article de presse (censé être écrit par des journalistes, avec un peu d’objectivité, de questionnements, de mise en perspective, de regard critique) et publicité (texte commercial directement produit par l’annonceur).
    On croyait ces pratiques réservées aux journaux commerciaux gratuits ou autres magazines sacs à pubs !
    A force, les articles de presse eux-mêmes seront peut-être conçus comme des publicités, et tout se mélangera dans de la soupe (les mauvaises langues diront que c’est déjà parfois le cas).

    Sans doute que le Crestois se défendra en disant qu’il faut bien être « moderne », qu’il a besoin de pubs de ce type pour vivre et se financer ?

    Répondre à ce message

  • Nouveau supermarché bio La Vie Claire à Aouste/Crest, un modèle archaïque ? Le 5 août à 19:36, par Berneuil Jean-Charles

    Merci Camille pour cet article

    J’y ajouterai 2 remarques que tu n’as pas développées :
    1- Pour ma part Bio est indissociable de Local, donc forcément produits de saison ce qui est nécessaire pour une bonne santé et réduit l’empreinte carbone des produits vendus.
    2- Le Bio ne bénéficie pas ou peu des subventions de la PAC. Les produits de l’agriculture industriel sont de ce fait artificiellement plus bas que leur véritable coût.

    On pourrait aussi argumenter sur le véritable coût des produits de l’agro-industriel : frais médicaux qu’entrainent leurs consommations, surfaces agricoles rendu stériles, évacuations des « déchets » (algues vertes par ex), pollution des eaux, qualité nutritionnelle plus faible (moins de vitamines,...), tu achètes de l’eau (ou de l’amidon et autres ersatz) et après cuisson le volume réellement consommable te fait doubler son prix au Kg, etc.

    Les « consommateurs » plus pauvres (les autres non plus d’ailleurs) ne s’en rendent pas compte. Quand ils passent à la caisse ils pensent faire des économies. C’est comme les impôts directs dont ils sont exonérés et les impôts indirects que tout le monde paye.

    Ce texte est un début de réflexion. Il comporte des raccourcis et des simplifications, volontaires, pour ne pas faire trop long. J’ai essayé de faire court sans être simpliste.
    Merci

    Jean-Charles

    Répondre à ce message

  • Nouveau supermarché bio La Vie Claire à Aouste/Crest, un modèle archaïque ? Le 7 août à 12:08, par Camille Pierrette

    merci pour ces compléments, n’hésite pas à publier un article pour développer tout ça.

    C’est clair que les coûts de l’agriculture industrielle conventionnelle (pesticidée, sous perfusion d’engrais) sont externalisés pour que ses produits soient moins chers à l’achat. (en revanche les profits vont comme d’hab dans les poches des groupes privés)
    On produit à l’étranger où les normes sont encore moins strictes, où on peut exploiter plus facilement les travailleurs et polluer les sols sans entraves, les coûts de santé sont payés par la collectivité (et pas par les firmes importatrices, les industriels agricoles et les grandes surfaces), les coûts de la destruction de l’environnement (nappes, cours d’eau) sont surtout payés par nos impôts, etc.

    C’est à ces prix qu’on peut clamer que l’agriculture conventionnelle c’est top que que le capitalisme ça marche.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Version imprimable de cet article Version imprimable
Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Bouteilles à la rivière | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft