Ni Le Pen Ni Macron ? La non-démocratie en vigueur rend plus dangereux le FN

Voici une série de réflexions sur le vote du 7 mai, le FN, la démocratie...

par Camille Pierrette.
Mis à jour le mardi 9 mai 2017

Autogestion, désobéissance civile, démocratie, sortie du capitalisme et de la croissance, éducation populaire, assemblées autonomes, municipalisme libertaire, confédération démocratique... Après le désastre du 7 mai tout restera à faire, à Crest, dans la Vallée de la Drôme comme partout ailleurs.

Ni Le Pen Ni Macron ?

Pour moi dire « Ni Le Pen Ni Macron », ce n’est pas forcément les mettre sur le même plan, et ça ne veut pas forcément dire qu’on ne se forcera pas à voter Macron pour être sûr que l’extrême droite du FN ne passe pas.
Ca veut d’abord dire qu’on ne veut ni de l’un et de l’autre et que les programmes de l’une et de l’autre sont désastreux, et qu’il n’est pas question de soutenir le programme de Macron même si on s’oblige à utiliser son bulletin le 7 mai.

« Ni Le Pen Ni Macron » indique qu’on les critiquera l’un et l’autre, qu’on combattra pareillement leurs programmes et leurs applications, et qu’on veut construire autre chose.

- Voici un bon article qui résume bien la situation de merde dans laquelle on se trouve, et certaines des causes majeures qui ont préparé tout ça : Face au chantage : à propos du 7 mai 2017

Sur le fond du fond, le FN n’est guère différent du PS, LR ou centristes

Le FN se veut différent des autres partis, mais en réalité cette extrême droite n’est que le miroir grossissant des partis de droite et de « gauche » qui se sont succédés. Le FN est juste un miroir déformé qui accentue certains traits, et qui du coup pourrait sans doute être pire encore que les autres dans certains domaines (mauvais traitements envers migrants, français d’origine immigré et délinquants, légitimation accrue du « virilisme » et du nationalisme excluant, etc.).
D’autant que le FN est fait de multiples composantes et groupuscules, dont certains sont ouvertement violents et à tendance fasciste, avec des néo-nazis et des sortes de milices. (voir l’histoire du FN, Chronologie historique du Front National (La Horde)
Ces groupuscules dangereux, avec le FN à l’Elysée, risqueraient de prendre encore plus d’assurance et de commettre davantage de violences contre des personnes (migrants, français d’origine immigrée, homosexuels, gauchistes réels ou supposés...).

- Sur le fond, l’extrême droite, LR, le PS et les parties centristes sont tous d’accord sur :

  • la poursuite du capitalisme (du maintien du capital, des entreprises non démocratiques contrôlées par un patron et des actionnaires, de la concurrence), avec des variantes entre eux sur la forme
  • le maintien en l’état des classes sociales et des inégalités de revenus et de patrimoine
  • le principe d’user de mensonges et de manipulations pour conquérir et garder le pouvoir (le 1er des mensonges étant de laisser croire qu’on est en démocratie)
  • l’adoration de la hiérarchie, de la figure du chef et de la verticalité
  • l’attachement à ne pas toucher au centralisme du pouvoir et à la continuation de la non-démocratie en place (dite démocrature, oligarchie ou Diktacracie)
  • la glorification du travail, du salariat, de la croissance, de la propriété privée et de l’argent
  • la continuation de l’Etat et de toutes ses structures de domination (qui sont hors de contrôle politique), et avec l’intention qu’elles servent leurs desseins
  • la non prise en compte sérieuse de l’écologie et des catastrophes climatiques
  • le rejet criminel d’un changement radical et rapide de société et d’économie vers la sobriété heureuse et la décroissance

Sur certains points, les partis comme le NPA ou Les Insoumis s’écartent de cette doctrine commune, et seraient donc préférables, même si on est parfois loin des vraies utopies d’émancipation, d’égalité, de fraternité, qui elles seraient davantage portées par l’anarchisme ou quelque chose de proche.

Avec cette liste, on voit bien qu’il n’y a en fait aucune différence entre le FN et les partis dits « de gouvernement » sur des points essentiels. L’extrême droite n’est pas plus contestataire que le PS, LR ou « en marche ».
Il apporte juste des pseudo-réponses encore plus foireuses que celles des autres à certaines conséquences (parfois grossies et exacerbées) d’un monde inégalitaire et violent ; un monde criminel, un totalitarisme soft qu’il ne remet pas plus en cause que les autres partis.
Le FN fait donc pleinement partie du monde en place, c’est un autre pion sur l’échiquier qui sert aussi à ce que rien ne change au fond. Il est juste plus noir, plus violent, plus empoisonné. C’est juste un cran de plus, encore plus loin dans l’absurdité et les barbaries, la continuation logique, juste plus caricaturale, des programmes qui ont été appliqués depuis des décennies par des dirigeants qui se permettent encore de critiquer le FN et qui essaient de se blanchir en brandissant l’épouvantail qu’ils ont contribué à créer.

On nous dit partout que le FN serait plus autoritaire que les autres et voudraient détruire la démocratie.
Pour l’autoritarisme, sans doute que l’extrême droite pourrait faire encore pire que les 49.3 de Valls/Hollande ou les décrets par ordonnance prévus par Macron.
Je rappelle qu’il n’y a pas de démocratie en France (on a heureusement encore certains droits et certaines libertés, mais ce régime politique n’est pas une démocratie).
Néanmoins, là aussi le FN pourrait faire pire encore, en attaquant encore plus que les autres certains droits et libertés, en lâchant encore plus la bride à la police, générant encore plus de violences policières.

Ni Patrons Ni Patrie !

comme la France n’est pas une démocratie, le FN au pouvoir est encore plus dangereux que les autres

Il serait peut-être temps qu’un max de monde se réveille, arrête de cautionner cette non-démocratie en se contentant de réclamer à l’Etat et aux patrons des emplois et de se plaindre des politiciens sans construire autre chose à la place.
Que tout le monde essaie plutôt de sortir de sa classe sociale et aille rencontrer les autres pour construire une sortie rapide du capitalisme, de la soumission à l’Etat, aux politiciens et autres lobbies mortifères, de la croissance qui détruit la vie et les humains, etc.
On a qu’une seule Terre, une seule humanité, un seul monde abritant la vie. Alors arrêtons de laisser faire tout ce qui fout en l’air tout ça, de nous préoccuper surtout de notre nombril en attendant le déluge (catastrophes climatiques), ou la Peste (FN), ou le Choléra (Macron ou ses clones de droite ou de « gauche »), ou plus probablement, tout en même temps si on continue comme avant.
Si on le veut et qu’on s’en donne les moyens, on est parfaitement capable de faire autre chose de nettement mieux, ici et maintenant.
On a assez laissé parler les politiciens, leurs maîtres les gros capitalistes et leurs médias de milliardaires.

Tout le monde peut se guérir du « syndrome du larbin », ce n’est pas une fatalité !
Il suffit de mobiliser nos restes de neurones et de conscience, de laisser parler notre coeur, de lire par exemple quelques auteurs anarchistes et assimilés, et toute l’insoumission et les capacités d’autonomie et de désobéissance reviennent très vite.

Le syndrome du larbin
par Serge ULESKI
http://www.dailymotion.com/video/x2ahpn3_le-syndrome-du-larbin_news

Note sur la notion de patrie :
Avant d’être dans un pays donné prisonniers de son Etat dominateur et niveleur on est d’abord tous des humains et la vraie patrie c’est la Terre. Au lieu de la préférence nationale capitaliste du FN ou de la mondialisation capitaliste des Macronistes et de leur clique, il y a d’autres voies possibles, telles que l’anarchie, l’internationalisme solidaire, l’autogestion sans concurrences.

Si on veut avoir un jour un monde plus pacifiée et une vraie démocratie, il faudra bien arriver à remplacer tous les Etats par des fédérations de pays autonomes, c’est une évidence de bon sens.
Et s’inspirer (pas copier ou en faire des icônes) par exemple du confédéralisme démocratique tenté au Rojava, ou des communautés zapatistes du Chiapas, ou de l’Espagne libertaire des années 30, ou encore, version moins radicale, de la Belle Démocratie.

Un grand Etat, par nature centralisé et niveleur, sera toujours dangereux. Le danger (de guerre, d’hégémonie, de domination par la finance et les marchés) est moindre avec des entités politiques autonomes démocratiques plus petites, qui de plus ont besoin les unes des autres.
Par exemple en France, il faudrait des mini « pays » de la taille des départements ou même plus petits encore.
Par ex, la Vallée de la Drôme et ses « ramifications » pourrait être une grande« zone autonome » ? :-)

Si le FN pourrait être aussi dangereux au pouvoir, c’est aussi parce que la France n’est pas une démocratie

Certains éditorialistes s’inquiètent du fait que le FN pourrait aisément utiliser la 5e « république » pour diriger autoritairement et sans contre-pouvoir.
Ils ont parfaitement raison, mais pourquoi ne le disent-ils pas quand leurs champions sont aux manettes ?

Je remarque qu’ils n’osent toujours pas aller au bout de leurs observations et avouer publiquement que ce système n’est pas démocratique. Il leur faut garder leur job et ne pas se faire montrer du doigt par tout le monde en rompant le pacte tacite de la fiction rabâchée de « notre démocratie ». Ils ne voudraient pas non plus que les braves moutons se réveillent pour de bon, et se mettent à réclamer et mettre en place eux-mêmes la démocratie et la sortie du capitalisme au lieu de voter passivement FN ou Tartempion !

Je pense qu’il faut être plus clair : les institutions politiques en place n’étant pas démocratiques, et permettant effectivement aux élus (à tous les niveaux de la hiérarchie) d’avoir tout pouvoir (dans les espaces que leur laissent les lobbies et l’Etat), il est effectivement plus dangereux d’avoir le FN au pouvoir que les autres, le FN ayant des tendances plus autoritaires et plus violentes que les autres.
Les autres partis, bien que pas plus démocrates que l’extrême droite, se donnent à eux-mêmes quelques gardes fous (de moins en moins) pour ne pas trop se faire mal voir. Tandis que le FN se donnerait a priori moins de limites, un peu comme le fait déjà la droite dure « décomplexée » de Wauquiez & co, ou la « gauche » capitaliste de Valls/Hollande qu’on a pu voir à l’oeuvre.

Par ailleurs, dans une vraie démocratie (où les populations décideraient elles-mêmes de leurs vies à la place des représentants), l’extrême droite et assimilés auraient très peu d’audience, car le dialogue et les décisions collectives permettraient de prendre en compte toutes les questions, et puis il n’y aurait pas d’élus en course perpétuelle du pouvoir (et souvent aussi du pognon) qui dégoûteraient tout le monde de la politique.

Conclusion, je voterai contre le FN dimanche

Je me trouve comme beaucoup face à une équation insoluble : m’abstenir pour ne pas donner de poids à Macron ou utiliser un bulletin Macron pour être sûr que le FN ne soit pas élu.

Je me forcerai quand même à « voter » Macron contre le FN en me bouchant le nez pour plusieurs raisons :

  • parce que je préfère lutter contre Macron et sa clique que contre le FN. Avec Macron on est en terrain archi-connu, et je préfère encore les CRS de Macron aux nervis fanatisés du FN.
  • parce que il est fort possible que les groupuscules virilistes et autres racistes qui font partie intégrante des soutiens au FN se sentent plus pisser avec Le Pen au pouvoir et commettent davantage de violences contre des migrants, français d’origine immigrée et personnes LGBT
  • parce que comme la France n’est pas une démocratie, un parti plus ouvertement autoritaire que les autres et soutenu par des groupes encore plus dangereux que les autres est plus dangereux au pouvoir
  • parce que les français étant pour la plupart individualistes, passifs et domestiqués, trop peu seront debouts pour vraiment s’opposer au FN et à son programme, pour construire autre chose, pour désobéir aux lois et aux ordres qu’il ponderait

Mais rassurez-vous, le fait de m’obliger à « voter » Macron me rendra encore plus déterminé à lutter contre son programme et pour d’autres mondes, ne serait-ce que pour me « venger » de ce non-choix absurde ! ;-)

Bien entendu, vous l’aurez compris, pas question pour autant de jeter la pierre aux abstentionnistes et autres voteurs Blanc. Comme je les comprends...
En plus, au final rien n’est sûr malgré mes « brillantes » synthèses, on est sûr que d’une chose, c’est que la mascarade non-démocratique et capitaliste va continuer.

Luttons contre tout ce qui fait le lit du FN, construisons d’autres mondes où ni Macron ni le FN n’auraient de soutiens.


Au final, de toute façon, avec Macron, Lepen ou Tartempion, l’Etat, la propriété privée et le capitalisme sont toujours là, dans les structures, dans nos mentalités, dans la géographie du territoire, dans les rapports sociaux, dans les classes sociales, dans l’éducation, etc.
Et donc tout reste à faire !


4 Messages

  • Ni Le Pen Ni Macron ? La non-démocratie en vigueur rend plus dangereux le FN Le 4 mai à 09:23, par PapyWeb

    Bel exercice de style... Cependant considérons la situation actuelle où le monde politico-financier-médiatique a quasiment gagné... le degré de larbinage est tel que Macron continuant et accentuant le terrible travail de sape social entreprit par ses prédécesseurs, va préparer le lit du FN pour 2022 ! Et là, les « larbins » seront devenu la majorité non pensante, se précipitant en bêlant pour aduler la blonde...! L’installant pour le pire, avec une population devenue troupeau l’âge des ténèbres sera de retour... Une autre possibilité est qu’un jeune politicien aussi ambitieux que dangereux instaure une dictature en créant au préalable les conditions de la peur et de la soumission...! Alors non ! définitivement je ne me plierais pas à cette mascarade...

    Répondre à ce message

    • Ni Le Pen Ni Macron ? La non-démocratie en vigueur rend plus dangereux le FN Le 4 mai à 10:50, par Camillep

      Oui c’est un risque aussi le fait que le FN en 2022 après Macron puisse être pire que le FN ce coup ci.
      Mais je préfère espérer encore (un tout petit peu) que les français vont se réveiller d’ici là, et créer les conditions de l’échec du FN en 2022, avec des tas d’initiatives locales, puis aux élections avec Les Insoumis ou de préférence mieux encore.

      On peut aussi espérer par exemple une grosse crise économique d’ici 2022 (voire aussi climatique) qui oblige tout le monde à changer de perspectives (comme en Grèce ou en Espagne), qui ringardise la mondialisation capitaliste de Macron tout comme le National capitalisme de Le Pen, qui mette au rencart les partis et politiciens, et incite à l’autogestion et à la solidarité.
      Bref, comme je disais, rien n’est sûr dans un sens comme dans l’autre...
      Donc pas question de stigmatiser les abstentionnistes ni les votants Macron en se bouchant le nez.

      Répondre à ce message

      • Ni Le Pen Ni Macron ? La non-démocratie en vigueur rend plus dangereux le FN Le 4 mai à 11:53, par PapyWeb

        « Mais je préfère espérer encore (un tout petit peu) que les français vont se réveiller d’ici là » Une certaine partie des Français... oui, mais en cas de crise économique et/ou climatique je crains que la nature humaine ne se révèle dans ses pires aspects... Parce que ce ne sont pas les trop rares expériences de transitions qui les aura préparés à ça !

        « Donc pas question de stigmatiser les abstentionnistes ni les votants Macron en se bouchant le nez. » Il n’est pas dans mon propos, ni dans ma nature de stigmatiser chacun fait ses choix en conscience... faut-il encore qu’elle soit bien éclairée...

        Répondre à ce message

        • Ni Le Pen Ni Macron ? La non-démocratie en vigueur rend plus dangereux le FN Le 4 mai à 12:56, par Camillep

          je crains que la nature humaine ne se révèle dans ses pires aspects
          Pour moi, il n’y a pas de « nature humaine », ou s’il y en a une, enfouie et réprimée, c’est celle de la coopération, de l’entraide, de l’accueil de l’autre (c’est aussi ce que disent des scientifiques). La « nature humaine », c’est aussi d’avoir une certaine liberté et la capacité d’avoir une certaine conscience.
          Des scientifiques nous disent que dans les grandes catastrophes naturelles on voit que presque tout le monde s’entraide. Mais il est vrai que ce sont des moments qui ne durent pas trop. Là avec les problèmes économiques et sociaux on est sur la durée, donc c’est plus imprévisible ?
          Donc c’est vrai qu’en cas de crise majeure, le moutonisme, l’individualisme et la larbinisme si développés de nos jours pourraient tout aussi bien faire pencher vers l’extrême droite et/ou une forme de guerre civile larvée plutôt que vers une désobéissance collective créative et constructive...

          C’est à tout le monde de se réveiller pour créer dès maintenant un « terrain » plus favorable à une bonne issue au lieu d’attendre les Macron ou autre grand chef providentiel.

          Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Version imprimable de cet article Version imprimable
Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Bouteilles à la rivière | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft