Le gouvernement FNSEA veut traquer, empêcher et réprimer toute contestation de l’agro-industrie

La cellule de gendarmerie Déméter défendra l’agro-business du Crédit Agricole et de la chimie tueuse du vivant

par Camille Z.
Mis à jour le jeudi 27 février 2020

Voici DEMETER, une nouvelle couche de répression et de surveillance contre des contestations légitimes et vitales.
Tout opposant à l’agro-industrie et à ses syndicats FNSEA-JA pourra être réprimé et traité de "proto-terroriste".
C’est beau "l’écologie" gouvernementale version macronie !

- Voir Déméter, la cellule de la gendarmerie qui surveille les opposants à l’agriculture productiviste - Le ministère de l’Intérieur a créé Demeter, une cellule de renseignement dédiée aux « atteintes au monde agricole ». Ce dispositif policier et judiciaire risque de servir à surveiller militants animalistes et écologistes opposés à l’agriculture industrielle.

- voir aussi : 27 associations demandent la dissolution de la cellule Déméter - Les organisations signataires ont dénoncé une « criminalisation » des opposants à l’agriculture intensive, ainsi qu’une « mise à disposition de moyens publics » au profit de certains citoyens.

En pratique, cette focalisation se traduit par une recrudescence des opérations d’infiltration des militants écologistes, la mise sous surveillance de leurs communications, l’entrave de leurs actions revendicatives et, en aval, une répression judiciaire accrue. Cela pose d’évidentes questions en matière de libertés publiques, d’autant que les formes de contrôle indépendant sur l’action des services restent extrêmement lacunaires

En amalgamant tous les méfaits recensés, le ministère de l’Intérieur conclut gravement à une hausse de 1,5 % des atteintes au monde agricole en 2019. Mais sur les plus de 14.000 faits enregistrés, l’immense majorité sont des vols et cambriolages.

La cellule de gendarmerie Déméter sert à défendre l’agro-business du Crédit Agricole et de la chimie
Les intérêts écocidaires de la FNSEA défendus par la répression de la contestation, au nom d’un prétendu « agri-bashing » bien entendu

En partant des problèmes de vols dans les exploitations agricoles, le gouvernement FNSEA en a profité pour caser une surveillance et une répression accrue des empêcheurs de polluer et tuer en rond.

Décidément, plus ça va, plus on aimerait bien essayer la démocratie...

surveiller et empêcher toute contestation des saloperies industrielles « agricoles »

Déméter n’est pas seulement une opération de communication de plus pour satisfaire les intérêts des lobbys de l’industrie alimentaire gavés de chimie et d’énergies fossiles émettrices de CO2 qui contrôlent les gouvernements, c’est aussi un outil de répression supplémentaire permettant de surveiller et empêcher toute contestation des saloperies industrielles « agricoles » qui détruisent depuis trop longtemps les sols et leur vie, la biodiversité, la santé, le climat (fermes usines, pesticides, OGM, puçage...)

Banderoles de la Confédération Paysanne à Paris au salon de l’agriculture 2020
Ministère de l’agrobusiness et de la malbouffe

Par la communication récurrente autour du concept « d’agri-bashing », le gouvernement, sponsor officiel de la FNSEA , veut faire croire que les écologistes et autres animalistes contestent l’agriculture en général, alors qu’ils critiquent les pratiques industrielles avant tout, les pratiques anti-écologiques qui détruisent le vivant et le climat, les élevages et abattoirs qui méprisent les lois et les animaux.
Pour les militants ciblés par Déméter, il s’agit au contraire de favoriser les petits paysans, les pratiques bio et permaculturelles, les seules compatibles avec une possible résilience locale, avec la diminution du CO2 émis, avec le renforcement de la biodiversité. Toutes choses que n’aime guère la FNSEA et ses amis-mentors-menteurs de la banque et de l’industrie chimique pesticidaire.

Avec DEMETER, le gouvernement FNSEA montre une fois de plus qu’il nous chie sur la gueule

Avec Déméter, le gouvernement et la FNSEA montrent une fois de plus qu’ils chient copieusement sur la gueule des humains et des restes du vivant, qu’ils veulent écraser notre avenir aussi sûrement que la botte de Big Brother.
La macronie, plus encore que les gouvernements précédents, illustre magistralement le gouffre abyssal qui existe entre les jolis discours « verts » qui prolifèrent pour se faire élire et rassurer les foules volontiers naïves, et la réalité sinistre des orientations désastreuses sur le terrain, qui ne changent pas, voire s’aggravent.

A quand une cellule Bidule pour défendre le syndicat des industries pétrolières ?

Pour la macronie et pour tous les syndicats du crime qui la financent et l’inspirent, ce qui importe à tout prix c’est de continuer le business as usual, et pour ça ils sont prêt à tout piller jusqu’au bout, et à mettre en taule ou à éborgner tout ceux qui pourraient les gêner dans cette entreprise planifiée de destruction systématique.


3 Messages

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Partagez la page

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Drôme infos locales | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre pour la Drôme et ses vallées, journal local de contre-pouvoir, média participatif indépendant :
Valence, Romans-sur-Isère, Montélimar, Crest, Saillans, Die, Dieulefit, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft