Pesticides, agriculture et écologie : la députée Célia de Lavergne est irresponsable

Malgré ses dérisoires tentatives de justifications concernant le glyphosate, elle est du côté du système qui détruit le monde vivant

par Les Potins de la Vallée.
Mis à jour le jeudi 20 septembre 2018

Célia de Lavergne, députée de la 3e circonscription de la Drôme, tente de justifier sur Médias Citoyens Diois ses choix sur la non inscription de l’interdiction du glyphosate dans la loi.

la députée LREM Célia de Lavergne se contente de poursuivre la même « politique » désastreuse qu’auparavant !

Alors que la consommation de pesticides continuait d’augmenter en France (+12% entre 2014 et 2016) malgré des plans et promesses gouvernementales répétées, alors que les insectes et les oiseaux disparaissent en masse, sans parler des abeilles et autres butineurs, alors que les sols disparaissent et deviennent stériles, alors que les émissions de CO2 continuent d’augmenter, augmentant les risques d’emballements mortels du climat, alors que la pression destructrice de cette civilisation industrielle n’a jamais été aussi forte sur le monde vivant, alors que des espèces partout disparaissent, voilà que la députée LREM Célia de Lavergne se contente de poursuivre la même « politique » désastreuse qu’auparavant !

Ce n’est pas seulement le glyphosate qu’il faut arrêter tout de suite, c’est tous les pesticides (d’autant que l’industrie chimique a déjà inventé des pesticides au moins aussi pires prêts à prendre la place du glyphosate), et il n’est plus temps de ménager l’industrie agricole, mais au contraire de la mettre au pas et de la démanteler (grandes surfaces et grandes distributions aussi bien sûr), pour favoriser à sa place les petits paysans, la permaculture, la production et la distribution locale à petite échelle, et de plus en plus hors du capitalisme et tout économisme. Macron et les mesures criminelles que défend de fait Célia de Lavergne font exactement l’inverse. Les critiques et constats d’Attac faits à ce sujet sont encore bien trop tièdes.

Macron : « make business as usual more great, with nice greenwashing to sell more & more ! »
faire prospérer les anciens et les nouveaux business qui flinguent les bases de la vie

D’un côté, Macron et sa bande de dangereux extrémistes soutiennent et encouragent les grosses industries polluantes et consommatrices de ressources, le nucléaire, les grosses exploitations agricoles, les chasseurs, les autoroutes, le Ceta, la fragilisation des lanceurs d’alerte, le soutien financier au charbon à la mine à ciel ouvert de Hambach et ailleurs (un mort à cause de la répression), les Europa City, une raffinerie Total à l’huile de palme, la plus grande mine d’or industrielle « de France » au beau milieu de la forêt primaire guyanaise. etc. et de l’autre ils saupoudrent quelques mesurettes dérisoires, comme la supposée interdiction du glyphosate d’ici 3 ans, c’est ridicule, et c’est criminel au stade où on en est.
Cette pratique honteuse a un nom : le greenwashing, en clair le foutage de gueule repeint en vert pour faire passer les couleuvres amères et faire prospérer les anciens et les nouveaux business qui flinguent les bases de la vie et continuent la destruction des humains et autres animaux ici et ailleurs.

Il est vain de demander à une état non-démocratique capitaliste soumis et dépendant des lobbies productivisites de bien vouloir svp épargner le monde vivant en s’auto-sabordant

Pour autant, on ne peut pas compter sur le bourreau pour qu’il cesse volontairement son job, et donc il n’y a rien à espérer de conséquent des gouvernements français ni des autres, il est vain de demander à un Etat non-démocratique capitaliste soumis et dépendant des lobbies productivistes de bien vouloir svp épargner le monde vivant en s’auto-sabordant. Il ne le fera pas, même si on lui demande avec les formes.
Nous devons plutôt utiliser la résistance, le rapport de force, l’action directe non-violente (le sabotage de biens matériels nuisibles n’étant pas violent), la sécession, la mise en pratique de sociétés vivables non capitalistes et solidaires, l’auto-défense populaire déterminée, la désobéissance généralisée et collective.

La seule chose qu’on peut « demander » à Macron et à ses clones, c’est de dégager !

Dans 10 ans, les enfants de la députée Lavergne lui demanderont peut-être, un peu énervés : « dis maman t’as fait quoi au juste pour arrêter le capitalisme et la destruction du monde vivant qui continuent à rendre ma planète invivable et mon avenir bien sombre ? » « Ben, euh, j’ai soutenu un gouvernement ultra-libéral qui lançait des mesures pour faire durer le capitalisme et la civilisation industrielle qui détruisent le monde vivant et qui obscurcissent ta vie, et je l’ai aidé à faire du greenwashing pour tenter de forcer les populations à gober tout ça sans broncher ».

- CONSEIL GRATUIT : A Célia de Lavergne et aux autres dangereux extrémistes violents qui prétendent gouverner et imposer la continuation du désastre : quittez ce gouvernement et cette idéologie productiviste mortifère et rejoignez plutôt « la Résistance » si vous voulez faire quelque chose d’utile !
Dans le cas contraire, les peuples n’oublieront pas que vous êtes contre eux, et un jour, peut-être plus proche qu’on imagine, vous aurez à subir leurs colères. Et ni vous, ni les restes de polices, ni les Potins de la Vallée ne pourront les empêcher d’arracher vos chemises et de vous jeter au cachot.

Nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend.

P.-S.

Bien sûr, on pourrait faire le même constat sur la plupart des députés, même les non macronistes.


1 Message

  • Pesticides, agriculture et écologie : la députée Célia de Lavergne est irresponsable Le 20 septembre à 21:51, par poulet

    Ayant signé une pétition, j’ai reçu le long argumentaire de la députée. C’est consternant de démagogie et de foutage de gueule. Déjà un vote à quatre heures du matin,(ça devient une habitude), avec 42 députés qui décident de ne pas inscrire l’interdiction dans la loi... bonjour la démocratie !
    On devrait faire confiance aux « acteurs » pour que la sortie dans trois ans soir effective ??? Alors, on se concerte avec Monsanto, Bayer la FNSEA... et les autres ?
    Quand il s’est agit des 11 vaccins obligatoires, de la vitesse réduite à 80 km/h, de Linky... etc, on n’a pas hésité à faire appel à la loi, avec des mesures coercitives.
    Ne comptons pas sur les politiques, et en particulier ceux qui sont au pouvoir, pour résoudre le problème.
    En Ariège une soixantaine de citoyens ont fait effectuer des analyses qui révèlent qu’il ont en moyenne dans le corps 14 fois la dose de glyphosate autorisée dans l’eau potable.
    En conséquence ils ont porté plainte, y compris contre la commission européenne.
    La démarche est assez contraignante et doit être faite avec un constat d’huissier, mais si elle se fait chez nous et pourquoi pas dans toute la France, on peut espérer obtenir des résultats.

    On en cause ?

    Et virons tous les « pompeux cornichons » !

    https://www.youtube.com/redirect?q=...

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Version imprimable de cet article Version imprimable
Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Bouteilles à la rivière | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft