LES ROUTES NOURRICIERES

par Simone.
Mis à jour le dimanche 15 octobre 2017

Mon vieil ami fermier (né vers 1900) aimait profondément les arbres, bien qu’il passe un certain temps à préparer des buches pour l’hiver, d’ailleurs soigneusement empilées pour constituer un mur très agréable à contempler. Un matin de fin d’automne, je lui montre triomphalement un jeune érable choisi pour orner mon jardin et y donner de l’ombre. Au lieu d’un compliment sur ses belles proportions, une question : POURQUOI N’AS-TU PAS CHOISI UN NOYER OU UN POMMIER ?

- EUH !!!
- En grandissant il t’aurait donné l’ombre dont tu as besoin et aussi des fruits pour passer l’hiver avec une nourriture qui t’apporterait des bonnes vitamines (pour le pommier) ou des matières grasses (pour le noyer), un régal pour tes desserts.

- Eh oui. Pourquoi n’y ai-je pas pensé alors que je connais le rôle des fruits dans notre corps, que j’aime cueillir mes fruits ?

- Lorsque j’étais gamin, le long chemin à parcourir tous les jours d’école, était bordé d’arbres nous donnant une ombre protectrice et à l’automne, des fruits qui tombaient ou que l’on cueillait mûrs. C’était notre dessert car notre mère ne pouvait nous offrir que du pain : une grosse tartine et un bout de croûte verticel qu’elle baptisait, avec un sourire désolé, notre « MORCEAU DE CHOCOLAT », chocolat seulement dans notre chaussure à Noël. Mais la tendresse de notre mère, à travers cette allusion, nous donnait autant de douceur qu’un vrai carreau de chocolat.

des allées et des routes fruitières, des jardins au lieu de pelouses

Cher lecteur, je vous laisse « gouter » ce tendre chocolat, mais aussi les cueillettes d’automne pour avoir une belle réserve pour tout l’hiver. Des copains font campagne pour la plantation d’arbres fruitiers sur les bords de nos routes. Les arbres sont un peu les âmes de nos vies avec leur fraicheur, leur beauté, leurs fruits, l’alimentation de nos poêles... De plus, leur structure doit être animée car s’y appuyer nous redonne force et amour, gratuitement.

Alors, lecteur, devenons citoyens surtout en cette époque où l’argent est de plus en plus difficile à gagner. La nature est une merveilleuse complice. Donnons-lui toute sa place avec des allées et des routes fruitières, des jardins au lieu de pelouses, de bordures exclusivement fleuries car des légumes sont aussi de belles plantes à contempler.


2 Messages

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Version imprimable de cet article Version imprimable
Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Bouteilles à la rivière | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft