L’éolien industriel : une arnaque au service des lobbies pollueurs et de la finance ?

Le capitalisme vert ne fait qu’aggraver les choses : un très bon documentaire

par Camille Pierrette.
Mis à jour le lundi 12 février 2018

Un article sur Reporterre analyse et dénonce les mécanismes vicieux et violents du capitalisme vert qui prétend solutionner les problèmes qu’il a créé par plus de high tech !
En fait une fumisterie organisée pour que les lobbies (des groupes pollueurs de la pétrochimie et autre, dopés au cercle vicieux délirant des crédits carbones), dissimulés par des filiales masquées, puissent continuer à se faire du blé sur notre dos et à polluer. Et bien entendu, les régions rurales sont toutes désignées par l’Etat pour subir cette continuation de la Croissance qui détruit le monde vivant.

- L’éolien industriel, faussement écolo mais vraiment répressif
- voir aussi Appel à soutien et rassemblement-tintamare pour les libertés à Saint-Affrique (12), samedi 3 février

- avec un film très édifiant qui retrace l’histoire de l’Amassada, la réalité de l’éolien industriel, des crédits carbones et de l’opposition au transformateur électrique à Saint-Victor-et-Melvieu (Aveyron) :

https://youtu.be/gqGDH4fXIF4

Citation :
la solution ne viendra pas du « tout électrique », ni des « réseaux intelligents », ni des « objets connectés » que promeuvent EDF, RTE, Enedis et consorts mais bien d’inventions low tech, de politiques de décroissance radicale, d’agroécologie, de constructions autonomes, de décisions locales et en assemblées populaires, d’expérimentation sociale, d’une nouvelle culture collective née de la lutte.

Ce n’est pas d’une fausse transition énergétique faussement "verte" au profit des multinationales et du maintien de la verticalité étatique dont nous avons besoin. Des énergies industrielles qui vont accentuer la pression minière et la pollution/destruction des sols, sur fond de l’exploitation et de la mort de travailleurs étrangers.
Il est absurde et destructeur de tenter de juste remplacer un type d’énergie industrielle par une autre, il faudrait surtout consommer nettement moins, diminuer partout la consommation d’énergies et de matières premières. Pour une transition radicale, écologique, sociale, politique, il faut donc abolir/détruire/remplacer le capitalisme et l’Etat, qui s’y opposent en tout point.


7 Messages

  • L’éolien industriel : une arnaque au service des lobbies pollueurs et de la finance Le 3 février à 20:46, par bois

    Il y a un truc que je n’ai pas compris dans ce film.
    Ils disent qu’ils ne veulent pas être l’endroit où on fabrique l’électricité pour la France.
    Mais ces personnes ont des voitures qui ne sont pas fabriquées chez eux, donc les habitants de Sochaux pourraient dire qu’ils ne veulent pas d’usines polluantes chez eux pour fabriquer des voitures pour les Aveyronnais.
    Et puis les chinois pourraient dire qu’ils ne veulent pas de mines de métaux lourds polluantes pour fabriquer de l’informatique pour les Aveyronnais.etc...
    Pour moi le danger c’est le nucléaire et je voudrais bien que l’on m’explique avec des chiffres sérieux comment on va pouvoir arrêter les centrales si on ne trouve pas d’énergie de substitution.

    Sur le plan technique, ils disent qu’il y a un aimant permanent sur l’alternateur de l’éolienne comme sur une voiture, c’est une erreur car sur les alternateurs de voiture il n’y a pas d’aimant permanent.

    Répondre à ce message

    • L’éolien industriel : une arnaque au service des lobbies pollueurs et de la finance Le 3 février à 20:55, par PapyWeb

      Tu n’as pas bien suivi... ;-) il est bien expliquer que le problème, entre autres, est la construction du tranformateur 400.000 volts pour convoyer l’électricité vers la Finlande ou le Maroc... De l’éolien bien sur c’est une possiblilité, mais pour un approvisionnement en local... Concernant les Chinois, je pense pas qu’ils aient la possibilité de s’opposer au dictat de leur dirigeants... d’accord le nucléaire est le danger... mais alors arrêtons de consommer à en tuer la nature...

      Répondre à ce message

  • L’éolien industriel : une arnaque au service des lobbies pollueurs et de la finance Le 4 février à 19:02, par bois

    Il y a un autre truc que je n’ai pas compris dans le film.
    Quand on transporte de l’électricité il y a des pertes. Si la tension est de 400 000 volts il y a moins de perte que si on est en 220 000 volts. Diminuer les pertes cela va dans le bon sens me semble t il .
    Pourquoi refuser que l’énergie électrique circule ?
    Actuellement il n’est pas valable de stocker l’électricité que ce soit écologiquement ou économiquement. Mais les centrales nucléaires, comme les éoliennes produisent de l’électricité quand on n’en a pas besoin. Si il y a des pays voisins qui ont besoin d’électricité quand on en a trop il semble logique de faire circuler cette énergie.
    Bien sur, comme pour « notre dame des landes » il est judicieux de vérifier si le dossier de ce transformateur est bien actualisé ou si c’est une vieille étude poussiéreuse.

    Par ailleurs la solution « négawatts »est intéressante mais elle ne résoud pas tout.

    Répondre à ce message

  • L’éolien industriel : une arnaque au service des lobbies pollueurs et de la finance Le 8 février à 22:24, par DécroissanceRadicale

    Camille, pouvez-vous nous éclairer sur le niveau de décroissance radicale que vous préconisez ? Pour l’électricité par exemple, combien cela représente-t-il de kWh/an et par personne (en comptant évidement en plus des besoins domestiques minimaux, les crêches, les bureaux de poste, les hopitaux... et en divisant par le nombre de Français)
    De quelle solution low-tech de production d’énergie parlez-vous ?
    Enfin, pourquoi espérer qu’un industriel soit plus vertueux qu’un autre ? Je ne vois par exemple ici aucune critique de l’industrie agroalimentaire qui se gave de profit, et rend ses clients plus ou moins obèses. Qu’avez vous donc de particulier contre l’éolien ? Cela semble d’autant plus curieux que vous faites ainsi le lit des autres moyens de production (j’ai nommé l’EPR, solution fort low-tech, démocratique, écologique, dont les cuves sont fabriquées avec amour par des petits artisans du Creusot comme chacun sait).

    Répondre à ce message

  • L’éolien industriel : une arnaque au service des lobbies pollueurs et de la finance Le 9 février à 12:47, par Camille Pierrette

    Pour l’énergie, des scientifiques et les faits nous disent qu’il n’est pas possible de maintenir le niveau de dépenses énergétiques actuelles : continuer avec le fossile envoie du C02, tandis que faire du tout renouvelable n’est pas possible et pollue.
    Donc, il faut prioritairement diminuer très fortement nos consommations énergétiques dans tous les domaines. Et un des chemins principaux d’y parvenir est d’opter pour la décroissance, le remplacement du capitalisme par une société soutenable. Voir d’autres de mes articles.
    La diminution des dépenses d’énergies seraient par ex dans la diminution des déplacements (des biens et des gens), la fin des gaspillages liés à la concurrence, la publicité, les grands projets inutiles....
    Je ne suis pas capable de mesurer ça en kw/h bien sûr. D’autres le font. Y a par exemple le scénario Négawatt, même s’il semble encore inscrit dans le capitalisme et la croissance ?

    Dans ce petit article je ne faisais que reprendre des arguments contre le « gros » éolien, un certain éolien non maîtrisable localement, et ayant besoin de trop de matériaux rares. voir l’article de Reporterre et le docu l’Amassada. C’est un problème d’échelle et de finalités. Mieux vaudrait du petit maîtrisable et à but non lucratif.

    Bien sûr que l’agro-industrie est très néfaste aussi, et même bien plus encore. Les sujets sont nombreux, on ne peut pas parler de tout dans un article !

    L’EPR n’a rien de low-tech :-) Difficile de faire pire que ça !
    Je suis en train de lire L’Âge des low tech - Vers une civilisation techniquement soutenable, de Philippe Bihouix. Mais j’en suis qu’au début.
    Voir une interview et un résumé, avec à la fin « les 7 commandements des low tech », auxquels j’ajouterais l’obligation d’abandonner le modèle du capitalisme et de la croissance, et donc de remplacer la quête du profit et de la plus Value par la coopération, le partage du travail, la maîtrise collective et démocratique des outils de production et de distribution...

    Répondre à ce message

    • L’éolien industriel : une arnaque au service des lobbies pollueurs et de la finance Le 12 février à 18:08, par DécroissanceRadicale

      Hello Camille,
      Juste pour dire que vous avez du lire un autre scénario Negawatt que le mien, car il est clair qu’ils préconisent le gros éolien en grande priorité pour boucler le dur bilan sans nucléaire !
      Pour ce qui est du petit éolien, parlez avec des gens qui ont essayé, et vous verrez que les productions sont très faibles (notamment en raison de la vitesse limitée du vent à hauteur modeste). Et seules les petites éoliennes utilisent des aimants terres rares en quantité non négligeable - les grosses ont d’autres techno de générateur. Vous pouvez demander confirmation à Tripalium pas loin d’ici si vous ne me croyez pas (gens très sympa qui animent des atelier de fab de petites éoliennes). Entendons nous bien, je suis également favorable aux petites éoliennes, mais faut juste être conscient que c’est loin d’être la panacée (d’ailleur il n’y en a pas de panancée, c’est ce que je me tue à dire).
      Pas besoin de publier ma réponse, c’était juste pour préciser ma pensée, et regrêter un peu qu’on n’arrive même pas à utiliser les connaissances des uns et des autres pour avancer un minimum... Faudrait vraimment qu’on trouve un moyen plus constructif, parceque je vais me lasser..

      Répondre à ce message

  • L’éolien industriel : une arnaque au service des lobbies pollueurs et de la finance Le 12 février à 13:00, par Camille Pierrette

    un article sur cette question du "renouvelable" :
    Les énergies renouvelables : pour la croissance plus que pour l’écologie
    Le crédo est toujours l’idéologie archaïque et mortelle de la Croissance, sur fond de non-démocratie accrue.
    Toujours plus de centralisme, de dépolitisation, où les élus de la non-démocratie française se contentent de suivre et servir les intérêts privés.

    Extrait :
    Dans une dernière pirouette rhétorique, Carenco renverse la donne, et condamne les énergies citoyennes – jamais directement mentionnées - …. d’être anti-démocratiques. « Attention au populisme et au communautarisme énergétiques ! s’emporte-t-il. Je me méfie des ‘auto’ ceci et cela… On ne peut pas être isolé dans la vie. On ne peut pas sauver la planète en défendant son backyard [jardin privé, NDLR] dans un monde interconnecté. Il nous faut convaincre les citoyens, dans leur Moi personnel, et surtout pas collectif, des vertus de la transition énergétique. » Gare à qui s’écarte de l’État – et de la croissance !

    à compléter avec Les métaux rares, le visage sale des technologies « vertes »

    Ici, Biovallée, avec son "écologie industrielle", semble se situer dans cette même lignée, loin de la nécessaire décroissance, du low tech et de la maîtrise locale et démocratique (donc hors des mains des seuls élus et patrons) des outils de production.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Version imprimable de cet article Version imprimable
Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Bouteilles à la rivière | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft