Faut-il brûler Ricochets ?

Discutons d’expression murale

par Etienne Maillet.
Mis à jour le jeudi 5 octobre 2017

affichage, publicité, architecture, urbanisme

L’affichage sauvage de Ricochets sur les murs de la ville n’a pas l’heur de plaire à tous. Faut-il décoller le journal, un peu comme on brûle des livres ? « il n’y a pas à en discuter mais à agir  », estime un lecteur architecte.

La proposition a quelque chose de glaçant. Elle invite à l’autoritarisme. Or ce qui se déroule aujourd’hui, dans la région et bien au-delà, vise à redonner aux gens droit de regard sur leurs vies, leur environnement, à reprendre la parole. De la présence d’un média sur les murs de la ville, il faut donc bien au contraire discuter, rediscuter, analyser, reformuler, soupeser, proposer.

les architectes (...) aiment les murs lisses, propres, dont aucun accident visuel ne vient troubler l’esthétique des belles lignes qu’ils ont tirées

On pourra s’interroger par exemple sur l’absence de panneaux ad-hoc, prévus à dessein, pour l’expression populaire libre sur les murs des édifices publics. On se souviendra que les affiches en grands caractères (dazibao) ont joué un grand rôle dans le mouvement démocratique chinois.

On prendra ensuite quelque distance avec certaines positions implicites de l’architecture
 : car l’architecture apparaît au néolithique au moment où les sociétés se stratifient socialement (Göbekli Tepe, Stonehenge, stèles « nationales », telle celle découverte à Die, etc). C’est aussi à cette période que l’archéologie, en Chine, Europe ou méso-Amérique, exhume les premiers témoignages de sanglantes révoltes populaires. [1] D’Imhotep (architecte du pharaon Ramsès) jusque Jean Nouvel, Charpentier et consorts, l’architecte est globalement du côté du manche, (il y a quelques obscures exceptions) et conforte le pouvoir des oligarchies, qui n’est que la confiscation du pouvoir populaire.

C’est pour cela que les architectes, qui voient la ville ou le bâtiment comme une œuvre d’art, aiment les murs lisses, propres, dont aucun accident visuel ne vient troubler l’esthétique des belles lignes qu’ils ont tirées. D’abord le pouvoir-client, l’œuvre de pierre ensuite qui magnifie l’ego des puissants et celui de l’architecte, les gens en dernier lieu : voilà l’ordre des préoccupations architecturales.

L’ordre est-il promesse de beauté ? Il suffit d’avoir dans l’œil la stupéfiante beauté de Ghardaïa (Algérie), que nul architecte n’a conçue, mais qu’une foule de bâtisseurs anonymes, durant des générations, a construite, selon le désir de chacun, sans plan d’ensemble, pour comprendre que le foisonnement collectif est de loin supérieur à la sécheresse ordonnée – et souvent narcissique – de l’architecture officielle. Versailles et ses jardins sont d’une laideur affligeante.
 [2]

Par ailleurs, on peut s’étonner du fait que l’affichage sauvage de Ricochets choque, alors que l’affichage publicitaire – dont le but, pervers, est d’intoxiquer la psyché – semble lui ne pas poser question, alors même que nombre de ces publicités est illégal, dans leur message ou leur emplacement. On s’étonnera également que la repoussante laideur des entrées de ville françaises - nous sommes champion du monde de l’esthétique dépravée des entrées urbaines – paraît ne choquer aucun urbaniste ou architecte (L’agglomération valentinoise détient la palme française de la monstruosité urbanistique). Apparemment deux poids et deux mesures existent selon que l’affiche est au format A3 plutôt que 4 x 3 mètres.

Il y a matière à proposer : des panneaux d’affichage libre judicieusement placés à destination des piétons

Il y a donc, avant d’agir sans réfléchir, largement matière à discuter. Il y a matière à proposer : des panneaux d’affichage libre judicieusement placés à destination des piétons ; matière à suggérer à des particuliers d’afficher Ricochets sur leurs fenêtres, chez eux, côté intérieur, comme il se fit parfois en Chine pour contourner les interdictions.
Le simple fait d’être amené à suggérer des solutions auxquelles on recourt dans les dictatures éclaire le pitoyable état de l’expression libre, démocratique et populaire dans notre pays.

P.-S.

Illustration : Alès dans le Gard, photo issu du site de la Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France

Notes

[2La plupart d’entre nous trouve belle la barre d’immeuble qu’est Versailles pour la seule raison qu’on leur a indiqué qu’une telle opinion était politiquement, socialement et esthétiquement correcte. L’injonction d’ailleurs résonne d’une ancienne pointe de menace. Car du temps du quatorzième Capet, critiquer la bâtisse eût pu valoir, si l’on était noble, l’embastillement, les galères pour le pékin roturier.


2 Messages

  • Faut-il brûler Ricochets ? Le 3 octobre à 09:23, par bois

    Bonjour

    Est ce que quelqu’un a fait à la mairie une demande de nouveaux emplacements d’affichage et est ce que cette demande a été refusée ?
    Si cela n’a pas été fait, c’est le moment puisque le maire a dit qu’il a" « depuis longtemps le souci de détendre l’ambiance globale de la ville ».
    J’espère que les personnes les plus concernées, c’est à dire les personnes qui passeront souvent devant ces futurs panneaux, seront consultées.

    Répondre à ce message

    • Faut-il brûler Ricochets ? Le 11 octobre à 18:05, par Roger Poulet

      Je ne suis pas un fanatique de l’affichage sauvage, mais enfin qu’est ce que l’affichage de Ricochets,
      par rapport à l’agression publicitaire permanente subie quotidiennement ?
      Tous les panneaux d’affichage libre ont disparu du centre ville. Un panneau place de l’église, un
      autre près du kiosque et un autre cours Joubernon serait un minimum.
      Et puis il y a Crest quantité de murs nus qui sont d’une laideur repoussante. Un panneau ne pourrait
      que les améliorer.
      Sinon, les crieurs publics, comme dans les films de années 30 sont une solution sympathique, mais
      pas suffisante. Heureusement, certains commerçants jouent le jeu et permettent de faire passer un
      minimum d’informations.
      A noter, qu’aucun des médias « officiels » locaux, hormis RSF, n’ont daigné annoncer la naissance
      de Ricochets. Au-delà du fait qu’ils puissent ressentir une forme de concurrence, il s’agit d’une faute
      journalistique. Les événements sont là, et ils n’ont pas à décider d’en occulter certains qui ne leurs
      plaisent pas.
      Cette attitude justifie pleinement la création de Ricochets.

      Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Version imprimable de cet article Version imprimable
Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Bouteilles à la rivière | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft