Devant la mairie de Marseille, la colère gazée sans pitié par les CRS de Gaudin et LREM

La manifestation de colère du mercredi 14 violemment réprimée

par Auteurs divers.
Mis à jour le jeudi 15 novembre 2018

A Marseille ce mercredi 14 novembre a eu lieu une manifestation de colère suite aux bâtiments vétustes qui se sont effondrés à Noailles, faisant au moins 8 morts.
Autour de 10.000 personnes présentes, remontées comme rarement contre la mairie et Gaudin, et en colère contre ce système qui méprise et violente les pauvres et les classes populaires.
Seule réponse de la mairie et des autorités, des CRS qui gazent et la BAC qui matraque au pif des gens dans les rues !

Une vidéo retrace un peu l’ambiance devant la mairie, sur le vieux port, avec des témoignages et des lacrymos.

Manifestation de colère à Marseille le 14 novembre devant la mairie de Gaudin-assassin

- Un article : « Gaudin démission » ! - Effondrement à Marseille : lacrymos et matraques contre la « marche de la colère » - Ce mercredi, plus de 10 000 de personnes se sont retrouvées pour une 2e marche, entre la rue d’Aubagne et l’hôtel de ville, en solidarité avec les victimes des immeubles effondré. Aux mains, des portraits de victimes et des appels à la démission du maire LR Jean-Claude Gaudin. Ultime insulte aux victimes, les CRS ont matraqué et gazé les manifestants devant la mairie.

- Voici aussi un témoignage à vif publié sur la page FB La Coupe Est Plaine :

ILS ONT OSE !!!

Ils ont gazé, matraqué, blessé une foule immense qui exprimait une colère digne après les morts de la rue d’Aubagne.
Une foule immense de plusieurs dizaines de milliers de personnes hurlait sa rage devant la mairie de Gaudin aux cris de « Gaudin, Chenoz ASSASSINS !! » « Gaudin démission » Gaudin en prison !"
Des cris de juste colère, des pétards mais aucune violence quand les chiens de garde de Castaner ont gazé tout le monde ! les bakeux-voyous tabassaient dans l’ombre aux abords de la manif...Puis les grenades de désencerclement alors que les flics n’étaient nullement menacés. . Devant la Samaritaine, un jeune homme salement touché juste en dessous de l’oeil par une de ces grenades dont on demande l’interdiction ! Sa joue droite a triplé de volume,une jeune femme à ses côtés fait un malaise à cause des gaz..A plusieurs nous les mettons à l’abri en attente des pompiers.
les flics font refluer la foule en continuant à gazer sur la Canebière tandis que les baqueux-voyous font de la chasse à l’homme dans les ruelles de Noailles JUSQU’À LA RUE D’AUBAGNE.
J’ai vu un homme d’un certain âge qui ne participait pas à la manif se faire gazer à bout portant par un baqueux, un autre roué de coups par une dizaine de ces crevures alors qu’il était à terre...Des gaz lacrymos dans la rue d’Aubagne !! Ces crevure n’ont aucune figure ni ne connaissent le respect !
Voilà avec quel mépris et quelles violences la préfecture aux ordres de Castaner a traité ce soir une population en deuil et en colère !!
le reste de la manif remontait vers La Plaine violemment coursée par les flics. Asphyxié par les gaz et ne pouvant plus courir comme à 20 ans, je rentre, épuisé, crachant mes poumons et la rage au ventre..
Préfecture, castaner complices de la mairie assassine !
Dissolution de la BAC de Marseille pour ses méthodes inadmissibles de voyous !!

MARSEILLE DEBOUT !! SOULEVE TOI !!

A la Plaine, la lutte contre la gentrification continue, et des murs parfois tombent

- Un autre témoignage sur La Coupe Est Plaine :

MARCHE DE LA COLÈRE
L’émotion est toujours très vive, 9 jours après les évènements qui ont couté la vie à huit personnes (au moins), et après la marche blanche de ce week-end (pas loin de 10 000 personnes), c’est autant de monde qui s’est réuni ce soir pour converger vers la mairie. Estampillée « La Marche De la Colère », la manifestation est composée d’une immense foule bigarrée, solidaire, dans laquelle plusieurs quartiers sont représentés. La colère, mais toujours le deuil. Les proches des victimes sont là. Les familles. Il y aura des témoignages autour d’une peinture immense à l’encre rouge : 05-11-18
Il y a tous les âges, (presque) toutes les classes sociales, tou.te.s crient d’une seule voix. Quand devant la mairie, très très vite après l’arrivée de la foule, les CRS ont lancé les premières bombes lacrymo, bien au milieu, histoire de toucher les familles et les enfants, une dame reste au sol un long moment. Je ne sais pas ce qu’il est advenu d’elle. Monsieur Gaudin, qui a mis une semaine à exprimer ses condoléances, trop occupé à tenir des propos indécents, a dans son tweet évoqué sa solidarité aux familles et aux proches des victimes. C’est dommage qu’il ne fut pas là pour le leur dire directement. Mais le message est bien passé. D’abord avec les bombes lacrymogène dans la foule, puis lors des charges qui ont laissé plusieurs personnes à terre.
La palme de l’ignominie revient à la BAC de Marseille. Sur le vieux port, puis la Canebière, plusieurs petits groupes ou personnes isolées ont été agressées, molestées, tabassées et/ou gazées. J’ai entendu pas moins de cinq témoignages différents en 20 minutes. Et on ne pouvait pas les confondre avec des black blocs... Des jeunes, un papa cinquantenaire, des groupes absolument non agressif. Un ami m’a raconté : « On m’a tapé sur l’épaule tandis que je marchais vers le métro, je me suis retourné, et me suis fais vider une gazeuze à bout portant dans les yeux ». Les passants lui sont venus en aide pendant que les hommes de la BAC témoignaient la solidarité de Gaudin (et la leur) aux riverains endeuillées à coup, ce coup ci, de matraques télescopiques. D’autres témoignages qui vont dans le même sens ont été rapportés à mes proches.
Scandaleuse réponse de violence et de mépris.
Vu le nombre de personnes concernées, il est clair que c’est une volonté politique.
C’est à vomir.
La manif, heureusement était ce qu’il fallait qu’elle soit. Détermination, solidarité, et nombre.
Gaudin démission !

- Lire aussi un article sur la marche blanche de samedi 10 : Pour que bientôt ce soit au tour de la spéculation de s’effondrer


1 Message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets
Pot commun en ligne pour soutenir financièrement Ricochets

Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Bouteilles à la rivière | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft