De quoi vous plaignez-vous ?

Chanson

par Auteurs divers.
Mis à jour le lundi 1er mai 2017

Horreur ! horreur ! disent tout bas les âmes.
-- Horreur, hélas ! répond la Liberté. —
Tout n’est que vols et que meurtres infâmes ;
Le Mal est dieu dans la société.
-- Oui, pour le mal il est un lit de roses,
Oui, pour ce maître il n’est rien de trop doux
-- Nous subissons la logique des choses. —
-- Conservateurs... de quoi vous plaignez-vous ?
 
Vous qui voulez des lois, une Justice,
Dévots soutiens du temple du Pouvoir,
Vous qui versez au tronc de la police
Plus que n’eût pris l’inquiet Désespoir ;
Si dans la rue un watchman vous inspecte,
-- Lui, l’homme d’ordre, — à l’instar des filous ;
S’il vous détrousse à quelque heure suspecte :
Gens attardés, ... de quoi vous plaignez-vous ?
 
Bourgeois, pour qui tout est trafic et lucre,
Vous dont Mercure assiste les bazars,
Agioteurs de coton ou de sucre,
Pasteurs d’humains, moissonneurs de dollars ;
-- Etablissez des banques de commerce,
Battez monnaie avec de vieux licous...
Au vent du Nord la peur vous bouleverse...
Monopoleurs, de quoi vous plaignez-vous ?
 
Vous qui rêvez de loisirs et de fêtes,
Femmes du maître ou femmes de commis,
Et gaspillez en de folles toilettes
Tout l’or et plus qu’encaissent vos maris ;
-- Pour satisfaire au luxe de vos jupes,
Un check vaut mieux qu’un pauvre billet doux.
Vous vous vendez ; vos amants font des dupes...
-- Coeurs sans amours, de quoi vous plaignez-vous ?
 
Vous dont le bras, ouvriers et manoeuvres,
Nourrit un monde oisif et corrupteur,
Vous qui donnez le produit de vos oeuvres
Pour, — noirs ou blancs, — enrichir l’exploiteur.
-- Sujets soumis, —, on vous parque, on vous fouette.
-- Marrons, —, la faim vous traque dans vos trous.
L’esclave-humain ne vit pas, il végète...
Déshérités, de quoi vous plaignez-vous ?
 
Soit république, empire ou monarchie,
Nargue du nom : — c’est de l’autorité.
-- Tant que, courbé sous une hiérarchie,
L’on rampera dans la légalité ;
Tant qu’on n’aura, — de riche à prolétaire,
D’esclave à maître, — aboli tous les jougs,
Le MAL-STATEUR [1] régnera sur la terre.
-- Civilisés, de quoi vous plaignez-vous ?
 
Ah ! ce qu’il faut pour vivre en harmonie,
-- Vivre du bras, du coeur et du cerveau —
Pour nous sevrer d’un monde à l’agonie
Et revêtir la puberté du beau,
-- C’est de jeter à l’égout Code et Bible,
C’est de fouler aux pieds sceptres et knouts,
-- L’ordre anarchique est l’ordre imprescriptible. —
Esprits obtus, de quoi vous plaignez-vous !

PNG
J. D.(Joseph Dejacque)
Nouvelle-Orléans, octobre 1857.
[Le Libertaire, Journal du Mouvement Social, 1re année, n° 1, 9 Juin 1858]

P.-S.

Ce texte a été transmis à RICOCHETS par un crestois qui voulait le partager, merci à lui.

Sur Joseph Dejacque :

Notes

[1Néologisme formé sur le modèle de ‘‘malfaiteur’’, par dérivation de l’anglais State (l’Etat)


Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Version imprimable de cet article Version imprimable
Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Bouteilles à la rivière | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft