Consom’action, petits « éco-gestes », boycott... : des actions limitées qu’aime le système

Si notre marge d’action se limite à la consommation, le Capital a déjà gagné !

par Camille Pierrette.
Mis à jour le jeudi 20 septembre 2018

Sur Mr Mondialisation, voici un article qui met les pieds dans le plat : Si notre marge d’action se limite à la consommation, le Capital a déjà gagné !

Extraits :

L’idée selon laquelle le consommateur pourrait infléchir le système en redirigeant ses achats s’est rapidement répandue sur les réseaux sociaux ces dernières années et trouve son point d’orgue dans les appels au « boycott ». Sans nier que ces actions peuvent être le fruit d’une mobilisation collective et un outil de sensibilisation du public tous deux utiles, considérer que notre seul levier serait l’acte de consommer, c’est non seulement nier le caractère systémique de la crise que nous traversons, c’est aussi jouer le jeu du modèle économique que l’on entend critiquer. Édito et mise au point.

Aussi vital soit-il éthiquement parlant, le choix individuel jeté en pâture aux marchés est insuffisant pour changer un système dont les racines sont infiniment profondes. Au mieux, et c’est là qu’elle joue un rôle important, une consommation responsable et locale réoriente parfois les potentielles dépenses vers des acteurs de la transition. Il faut oser aller plus loin.

les tenants du boycott pourraient répondre que « si suffisamment de personnes s’y mettaient, alors leurs objectifs seraient atteints ». C’est pourtant oublier un peu vite l’aspect systémique du problème, une dimension dont le boycotteur est d’ailleurs lui même victime : il est facile d’acheter un miel produit localement ou du riz équitable ou même de ne pas les acheter du tout, il est bien plus compliqué de dire non à un ordinateur ou un téléphone portable lorsque notre travail en dépend. Que pouvons-nous en déduire : que le citoyen est impuissant face à ses paradoxes individuels et qui sont la conséquence du modèle économique dans lequel il évolue. Il n’a pas de moyen d’action fort contre ces paradoxes. Seule solution pour « sauver » le monde : changer de modèle. Et comment changer de modèle sans puissance collective avec un peuple victime de dépolitisation ? On ne parle évidemment pas de politique politicienne à l’image du spectacle médiatique autour de chaque élection, mais du sens antique de « la politique dans la cité », oubliée de nos démocraties représentatives.

https://vimeo.com/271044231

Il est donc nécessaire de considérer l’acte de consommation pour ce qu’il est : un moyen de soutenir des artisans et des producteurs desquels on se sent proche et un outil qui peut servir de moyen de sensibilisation. À ce titre, les prises de conscience individuelles sont particulièrement louables. Attendre plus de cette démarche bienveillante, c’est non seulement s’aveugler à propos de son incidence réelle sur l’économie mondialisée, c’est aussi prendre le risque d’une écologie individualiste et dépolitisée dont les industriels se délectent et peuvent même se servir pour se développer. C’est enfin oublier qu’il ne peut plus s’agir aujourd’hui de simplement rediriger nos consommations, mais surtout de remettre en question un modèle dans lequel la consommation est au cœur, qu’importe les conditions de production.


On ne peut pas lutter contre un système totalitaire avec ses propres armes, sur le terrain qu’il domine, délimite, défini et possède

En effet, nos vies, nos achats sont prisonniers du modèle capitaliste, on est enchaînés partout par le prix des loyers, les impératifs de l’emploi, la dictature de la concurrence et de la Croissance, et donc les actions liées à la consommation ont un impact très limité. On ne peut pas lutter contre un système totalitaire avec ses propres armes, sur le terrain qu’il domine, délimite, défini et possède, d’autant que ce terrain miné est protégé par l’état et ses polices, gardé par des lois iniques pondues par un système "politique" non-démocratique hors sol inféodé aux partis, aux puissants, aux castes de haut fonctionnaires, aux lobbies et à l’argent. Un système qui méprise le monde vivant, les pauvres, les démuni.e.s, les exilé.e.s et les rebelles.

On doit donc quitter ce terrain marécageux et pollué qui absorbe tout, en créer un autre très différent, attaquer et bloquer le modèle capitalise pour créer des brèches où un tout autre terrain puisse grandir.
Il ne s’agit donc pas de modifier les structures du capitalisme, de le rendre meilleur, plus "vert", mais de le faire disparaître.
Nous n’avons pas le choix : si on veut survivre, nous devons passer à l’action politique collective déterminée, bien sûr sans tomber dans les grands partis centralisés et hiérarchisés.


1 Message

  • Consom’action, petits « éco-gestes », boycott... : des actions limitées qu’aime le système Le 31 octobre à 23:38, par Camille Pierrette

    Un article sur l’inadéquation des petits pas et autres consom’actions au regard de la situation réelle :
    « Ça commence par moi », quelle blague (par Kevin Amara)
    Extrait :
    Dès que j’adopte le régime végétarien, un magnat de l’agro-alimentaire ouvre une ferme des mille vaches. Lorsqu’aux États-Unis des centaines de personnes se tournent vers le logiciel libre, en même temps, des dizaines de mines sont ouvertes en Asie afin d’extraire les matériaux nécessaires à la fabrication des composants des outils informatiques qu’ils utilisent. Quand je décide de faire moi-même mon déodorant (vraiment moi-même, en me procurant localement tout ce dont j’ai besoin, pas en commandant divers produits industriels sur Internet que je m’amuse ensuite à assembler pour prétendre que je suis autonome), une bande de psychopathes en costume-cravates décident d’aller forer le sol lunaire. Empiler les petites actions citoyennes n’est pas une forme de lutte. La lutte implique une opposition physique, un empêchement, une mise hors d’état de nuire de l’adversaire. « Nous ne consommons plus des oranges, mais de la vitalité  ! » écrivait Aldous Huxley dans Retour au meilleur des mondes. Et tous les Julien Vidal du monde de s’écrier à sa suite : « Nous luttons contre les machines du système industriel non pas les armes à la main, mais avec de la bonne volonté et de la bienveillance ». Tout nous démontre que cela ne fonctionne pas. Le film Demain fêtera bientôt ses quatre ans, et rien n’a changé. Rectification : rien n’a changé en mieux. Tout a empiré. Tout empire sans cesse. Et voilà qu’ils produisent Après-Demain.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Version imprimable de cet article Version imprimable
Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Bouteilles à la rivière | Articles | Thèmes | Contact | Rechercher | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
Médial local d'information et d'expression libre, journal indépendant et participatif pour la vallée de la Drôme & co :
Crest, Saillans, Die, Vercheny, Grane, Eurre, Loriol, Livron, Aouste sur Sye, Mirabel et Blacons, Piegros la Clastre, Beaufort sur Gervanne, Allex, Divajeu, Saou, Suze, Upie, Pontaix, Barsac, St Benois en Diois, Aurel...
Vous avez le droit de reproduire les contenus de ce site à condition de citer la source et qu'il s'agisse d'utilisations non-commerciales
Copyleft